Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Weekender Spécial Porto : visite guidée avec le créateur Luís Buchinho

Weekender à Porto avec le créateur Luís Buchinho1. Chez Casa D'oro
2. Le Vitória Cafe
3. Luís Buchinho
4. Chez Por Vocaçao
5. Passos Manuel
6. Le Vitória Cafe
7. Luis Buchinho Shop
 
Weekender à Porto avec le créateur Luís Buchinho 1. Chez Casa D'oro 2. Le Vitória Cafe 3. Luís Buchinho 4. Chez Por Vocaçao 5. Passos Manuel 6. Le Vitória Cafe 7. Luis Buchinho Shop  

WEEKENDER à Porto avec le créateur Luís Buchinho

 

Une journée à Porto avec le soleil, c'est assez dépaysant. Une fois vues les églises avec leur azuleros et une visite express à São Francisco et ses dorures baroques, Porto doit se traverser autrement. Un Porto tendance ? Cela existe : en ce week-end de la fin de mars, la Fashion Week de Porto trône sur les quais de cette ville et reçoit, en grande pompe, dans un ancien poste de douane maritime.

Puis, il y a un Porto tendance sans cet évènement, un centre ville qui dans les allées plus petites, les quartiers désertés, entre le quai Ribeira et le pont de Gustave Eiffel, s'est refait une beauté un peu bobo, un peu cachée. Le quartier de Luís Buchinho, designer émérite, un des seuls à avoir traversé le Douro pour défiler en France, à Paris, participe de cette nouvelle vibration urbaine. Un quartier coincé entre la place de la librairie Lello, maison hybride entre Art Nouveau et Néo-Gothique, une enseigne digne de la bibliothèque d'Harry Potter, et le Majestic, le café de Flore de Porto.

Mais qui est Luís Buchinho ? Un portugais, né en 1969 à Setubal, à 40 km du bord de mer ; un garçon brun, pas trop mal habillé avec ces Converse comme signature ; un garçon qui a toujours trempé dans la mode, depuis ses études à la Citex en 1986, l'école style de Porto. Entre cette ville et Lisbonne, clair qu'il y a concurrence, mais Luís a très tôt décidé de résider à Porto car la multitude des usines de maille et autres façons textiles hantent ses alentours. Nombre de marques de luxe françaises fabriquent d'ailleurs dans ces usines. Mais l'histoire des jeunes créateurs du Portugal ne se limite pas à Anna Salazar, sorte de Betsy Johnson locale avec quelques exubérances ici et là. La mode de Luís Buchinho est plus pragmatique, contemporaine à souhait et emprunterait quelques codes modernes au décalage des formes d'Ann Demeulemeester voire un peu à Rick Owens. L'assemblage de matières est presque devenu la signature même de la marque, soie et coton, cuir et maille, etc. Quant aux formes, elles n'ont l'intention que de faciliter une entente urbaine et facile, des vêtements assez intelligents dans leur fonctionnalité avec un désir de laisser aller les volumes pour une allure aussi désinvolte que cérébrale, au final.

Cet équilibre-là, Luís Buchinho l'a statué en 2007 quand il a ouvert sa boutique dans ce quartier caché de Porto, rue José Falcão, au 122. Du bois pour le plafond et les poutres bien présentes, de la lumière pour une jolie verrière dans son atelier-bureau et un espace épuré avec comme seule assise un banc de cuir matelassé d'inspiration 50. Le lieu est simple, moderne, de ces endroits que l'on pourrait visiter un peu partout dans des villes plus cosmopolites en matière de mode comme Paris, New York, etc. Une agréable échoppe de mode, où les femmes peuvent compléter leur silhouette par des chaussures aux talons de 10 cm ; où les hommes peuvent acheter, depuis peu, une collection qui vient de défiler pour la première fois à Porto ce week-end.

En résumé, Luís Buchinho est un garçon moderne, en harmonie avec une ville qui cherche à revivre et s'arrange tant bien que mal avec une crise que l'Europe essaie de régler. Ou pas.

Pour le week-end, et pour découvrir Porto autrement, avec ses hot spots comme le disent les Anglophones, nous avons demandé à Luís de nous trimballer un peu dans ses lieux préférés et tester le taux de coolitude d'une ville qui ne se réclame d'aucune chapelle. Une ville simple. Enfin, pour tout dire, il y a deux Porto : le centre ville et celui plus balnéaire, plus huppé et quelquefois plus lounge de Porto, direction océan, Matosinhos. Une ville dans une ville, avec ces anciennes demeures XIXe siècle sur le front de mer et la tranquillité d'un fleuve comme le Douro qui absorbe le début de l'océan Atlantique.

Le Porto de Luís Buchinho se partage entre ces deux hémisphères urbains. Visite guidée.

F.P.
À ne pas rater