Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Rencontre avec Gisele Bundchen, supertop éthique

Top le mieux payé au monde, ambassadrice des Nations Unies pour l'environnement, jeune maman qui rentre dans des robes Hervé Léger quatre mois après son accouchement, créatrice de sandales chic... Gisele Bündchen, c'est un peu Wonder Woman version 2010, la militante écolo la plus sexy de la planète, le top le plus "healthy" de la mode. La belle était à Paris pour présenter sa nouvelle collection de tongues Ipanema, dont un pourcentage des ventes ira à l'association TAMAR, qui oeuvre pour la protection des tortues de mer. Les inspirations de sa collection, sa nouvelle vie de jeune maman, son engagement pour la planète, sa carrière de top... Gisele dit tout.

 

Avec cette collection pour Ipanema, vous vous êtes impliquée dans un projet de protection des tortues de mer avec l'association TAMAR. Pouvez-vous nous en dire plus sur votre engagement pour la cause environnementale ?

Je souhaite vraiment de plus en plus m'impliquer dans des projets qui servent des causes importantes pour moi. J'ai été très privilégiée dans ma vie, je suis née dans un petit village d'un peu plus de 10 000 habitants et j'ai grandit en pleine nature. Si je voulais manger un fruit, je n'avais qu'à aller le cueillir dans le jardin ! J'ai eu beaucoup de chance de vivre dans un endroit où les rivières étaient assez propres pour se baigner. Tout est assez différent aujourd'hui, et il est important de préserver la nature. Donc si je peux aider à ce que l'on prête attention à n'importe quel sujet de sauvegarde d'espèces comme les tortues par exemple, mais aussi la plantation d'arbres, je le fais. Parce que c'est notre vie, notre monde. En 2004, je me suis rendue près de la rivière Xingu dans le bassin amazonien, et je me suis rendue compte des problèmes dus à la pollution et la déforestation. J'ai voulu aider, même si je ne savais pas comment. Je voulais surtout attirer l'attention sur ce sujet, parce que je pouvais très bien donner de l'argent, mais je voulais aussi que les gens comprennent bien ce qu'il se passe. J'en ai alors parlé au groupe Grandini, et j'ai pu lancer ce projet de sandales Ipanema. Ce qui est important pour moi, c'est qu'en les achetant, les gens soient sensibilisés par une cause qui m'est chère. Je m'implique aussi dans d'autres sujets de protection de l'environnement, notamment sur mon site Internet où je diffuse des vidéos faites avec ma famille. Tout ce que je peux faire pour sensibiliser sur ces problèmes, je le fais.

Comment s'est passée cette nouvelle collaboration avec Ipanema ? Quelles ont été vos sources d'inspirations ?

Je ne suis pas designer à proprement parler, mais je donne mon avis sur absolument tout concernant les modèles de ma collection. Pour cette saison, la forme des sandales fait référence au fond de la mer, aux vagues. Je voulais des tongues que l'on puisse aussi mettre le soir pour sortir avec une petite robe habillée. L'idée est d'apporter une touche mode aux classiques "flip flop" en plastique.

Il y a des rumeurs selon lesquelles vous allez arrêter le mannequinat ? Est-ce vrai ?

Je crois qu'on a du mal comprendre ce que j'ai pu dire dans des interviews. J'ai 30 ans cette année, cela fait 15 ans que je fais ce travail, mais je ne vais pas pour autant arrêter. Je vais juste accorder plus de temps à des projets qui m'importent vraiment beaucoup. Et puis avec mon fils, mes priorités ont changé. Je suis aussi aujourd'hui ambassadrice des Nations Unies pour l'environnement, et je suis en charge de projets, je participe à des conférences, c'est beaucoup de travail. Mais non, je n'arrête pas le mannequinat, je réduis simplement un peu cette activité.

Comment avez-vous réussi à retrouver cette ligne après seulement 4 mois de votre accouchement ?

Je fais assez attention à ce que je mange, je fais beaucoup de sport, j'ai toujours été plutôt athlétique. J'étais joueuse de volley avant d'être mannequin! J'ai donc toujours été très active. Le sport est vraiment essentiel dans ma vie.


Quel est le message que vous voulez apporter aux filles du monde entier qui vont acheter vos sandales ?

J'espère déjà qu'elles se sentiront bien dedans. C'est toujours bien pour l'estime de soi, d'être jolie tout en se sentant à l'aise. J'espère aussi qu'elle s'intéresseront au projet TAMAR, au respect de l'environnement et qu'elles tenteront d'agir par de tous petits gestes au quotidien. Vous savez, prendre une douche, ne pas laisser couler l'eau lorsqu'on se lave les dents... Des petites choses simples qui ont leur importance et qui ne coûtent rien. Je veux qu'elles soient conscientes qu'elles peuvent chacune faire la différence.

Avez-vous de bons conseils pour avoir de jolis pieds pour ne pas avoir honte de mettre des sandales cet été ?

Une chose à savoir sur moi, c'est que j'ai de très longs doigts de pieds ! Sûrement parce que je suis plutôt grande. Quand on a de petits pieds, toutes les sandales nous vont, et ces sandales vont à tout le monde, même aux filles qui ont de plus grands pieds. Le modèle que je porte aujourd'hui est mon préféré car il fait particulièrement de jolis pieds, les doigts de pieds ne dépassent pas dans tous les sens.Un détail qui a son importance.


Propos rapportés par Mélody Kandyoti

À ne pas rater