Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Maison Labiche : interview-portrait des créatrices du t-shirt brodé

Pour vous présenter Maison Labiche, leurs fameux t-shirts brodés et ses deux créatrices Jenny et Marie, on a commencé par le début....

Maison Labiche. D'où vient le nom ?

Jenny : Maison parce que c'était l'idée d'une maison de couture parisienne, le côté institutionnel du groupe et dans l'idée que l'on peut faire des collaborations, de faire partager des gens, un concept que l'on retrouve dans le terme maison. Et Labiche, c'est le surnom d'un proche, rien à voir avec l'animal.

Fonctionner en duo, ça se passe comment ? Qui fait Quoi ?

Marie : Ça se passe bien merci (rires). C'est vrai qu'un duo ça a des avantages, on est rapide au niveau de la prise de décision. Être deux ça permet de ne pas être complètement isolé, de ne pas mariner dans ses propres idées, et ses doutes, et d'échanger au quotidien. La rapidité, c'est la force du duo. Qui fait quoi... On fait beaucoup de choses à deux, quasiment rien n'est pas validé par l'autre dans le process de fonctionnement. Mais on a quand même chacune nos personnalités, nos qualités, nos points forts et faibles. Au quotidien, il y a une répartition des tâches qui se fait au fur et à mesure, on est capable l'une comme l'autre de faire la majorité des choses.

Jenny : On a toutes les deux des profils créatifs, mais des parcours différents. Marie a fait une école de commerce avant son école de mode, donc elle a un côté business notamment que moi je ne connais pas très bien. Mais que ce soit le design ou la mode on a les mêmes attentes par rapport au produit. La même manière d'aborder la partie créative et donc même si j'ai fait l'archi, et Marie du stylisme on se retrouve.


Maison Labiche a seulement deux ans. La catégorie jeune créateur, ça vous parle ?

Marie : C'est vrai qu'on est très jeunes (rires). Hyper jeunes... Ça va dans le sens que la marque est émergente, elle est récente. Ce label veut dire beaucoup de choses. Nous, on se finance nous-mêmes, la marque se lance, mais on a pas envie de rester catégorisé là-dedans. Maison Labiche existe en tant que marque de mode, d'accessoires. C'est les débuts, mais on a déjà notre propre personnalité.

Jenny : Pour moi, je ne sais pas pourquoi, ça a un côté un peu péjoratif, style je fais du tricot chez moi et j'essaye de les vendre. Mais c'est vrai qu'on a commencé avec peu et qu'on grandit petit à petit. On fait ce qu'on peut au fur et à mesure, on n'a pas eu de gros investissement.

Qu'est-ce-qui a été le plus dur ? Le plus excitant ?

Marie : Le plus dur c'est l'inconnu, tu sais pas où tu vas. C'est comme un saut dans le vite, y a pas de parachute. Il a fallu se dire, j'y vais. Ni l'une ni l'autre on est folle ou inconsciente non plus, on a besoin de vivre.

Jenny : Faut quand même que ça marche ! Le plus excitant, c'est quand on arrive à avoir de beaux points de vente. Même encore aujourd'hui, même si on en a déjà des beaux. Ceux qu'on ne s'attendait jamais à avoir et qui nous contactent. Ce sont des retours hyper positifs. Des gens qui pensent à nous pour de belles collaborations aussi ou encore de beaux articles. Dès qu'on a des retours auxquels on aurait jamais imaginés.


On a vu Guillaume Henry, le créateur de Carven avec un de vos t-shirts, et dernièrement Géraldine Nakache aussi, le début de la gloire ! Et dans la rue vous avez vu des gens porter vos créations ?

Marie et Jenny : Ça commence à nous arriver.

Marie : Bizarrement nous pas trop, mais les gens autour de nos nous dise "Ah j'ai vu des gens avec du Maison Labiche...". C'est pas fréquent...

Jenny : Mais ça commence ! (sourire)


Comment avez-vous créé l'univers Maison Labiche ?

Marie : Pour les t-shirts, c'est venu du produit t-shirt que l'on avait envie de travailler car on trouvait que c'était un produit fort qui allait à tout le monde. On est parti sur un t-shirt qui prenait à l'époque le contre-pied de tous les modèles très loose, avec de grands décolletés et dans un coton très léger. Nous, on avait envie de retourner à un t-shirt Amérique des années 50, James Dean, près du corps, en coton bien lourd, un truc qui te rend beau en fait ! Un truc qui prend bien ton torse, et qui est facile à porter. On avait travaillé cette base là. On pensait... enfin on espérait que cela aller toucher un maximum de personnes, qu'importe le sexe ou l'âge. Après on a commencé à le travailler brodé, c'était une autre de nos lignes directrices et comme avec Jenny on se retrouve pas mal culturellement, sur des courants musicaux, des films...

Jenny : Des livres, des personnages qui sont importants dans notre vie. Même si on a des univers différents, c'étaient les endroits où on se retrouvait. On avait des musiques, des auteurs inévitables...


Des exemples ?

Marie : Eh bien c'est notre collection !

Jenny : Psychokiller, c'était un des premiers, The Dude, on peut pas passer à côté, Elvis... Tous les noms de la collection People & Song, il y a en a trente et déjà on a dû vraiment se restreindre. Si on s'écoutait il y en aurait 3000...

Marie : Et alors si on écoutait les gens... C'est pas possible (rires).

Jenny : Maison Labiche ça a commencé comme ça en gros, d'une volonté de partir sur un produit. En plus tout le monde a des t-shirts dans sa garde-robe. Et c'était là aussi où on réunissait nos goûts communs.


D'ailleurs vous faites du demi-mesure, on peut demander sa propre broderie. On vous demande quoi le plus souvent ?

Marie : Oui, on a beaucoup de demandes, ça marche très bien. Souvent il y a des noms auxquels on a déjà pensé, on aurait pu penser, et on est ravi de le faire du type Point Break. Mais les gens le font surtout pour eux. C'est un cadeau assez personnel, une pièce unique, brodé main. Souvent c'est des surnoms, des blagues. Une seule fois, on a eu une demande vulgaire, et ça on fait pas.

Jenny : Mais rien d'incroyable.

Comment vous décririez la fille Maison Labiche ?

Marie : Ou le garçon !(rires) Ils sont beaux (rires)

Jenny : Très beaux.

Marie : Et sexy ! Et sympa.

Jenny : Le client type est soit séduit par le fait que ce soit fait à la main, à Paris, soit (et également) il va acheter sur un coup de coeur. Parce-que Tony Montana il va trouver ça génial par exemple. Il y a deux profils.

Où vous voyez dans le futur ?

Marie : On est en train de développer la marque à l'international et ça prend du temps, on est que deux.

Jenny : A plus court terme, ajouter des pièces au vestiaire comme le sweat. En septembre on a présenté une nouvelle couleur, le Navy et en janvier, pour la prochaine Fashion Week Homme, on prépare une nouvelle pièce !

Propos receuillis par Marijke Zijlstra

Plus d'infos Maison Labiche :

L'actu du moment de Maison Labiche : le 10 novembre prochain colette acceuille Pharell Williams pour la dédicace de son premier livre "Pharrell: places and spaces I've been" et à cette occasion propose en édition limitée à 50 exemplaires un t-shirt Maison Labiche brodé du salut Vulcain. Collector.

Points de vente : Colette et Frank & Fils à Paris, Fluxus à Lyon, mais aussi Selfridges et YMC à Londres. Plus d'adresses à l'international sur le site Maison Labiche. Sans oublier la boutique en ligne, direction l'e-shop shop.maisonlabiche.com.

À ne pas rater