Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Interview : King Charles, hipster baroque made in England

King Charles
King Charles

Ne lui dites pas que King Charles est un personnage de composition, un caprice, une passade, juste pour faire buzzer son premier album. King Charles, c'est lui, ou plutôt le "moi" pleinement assumé de Charles Costa, vous suivez ? Ce jeune anglais investit les ondes françaises depuis quelques jours avec son titre "Mississipi Isabel", et sort son premier album, LoveBlood", le 14 mai.

Nourri à la musique classique, c'est en écoutant l'album "Blonde on Blonde" de Bob Dylan à 15 ans qu'il se sent toucher par la grâce de l'esprit folk. Après avoir fait ses gammes sur des reprises de Kiss avec le groupe "Adventure Playground", il s'affiche en solo, comme le "roi" d'un nouveau son, emprunt de folk, pop, rock, et d'afro beat. Hipster chevelu made in England, King Charles cultive un look d'icône baroque traînant ses boots Fendi dans les rue de Kensal Green. Rencontre.


Qui est King Charles ?

Je suis King Charles. Ce n'est pas un personnage que j'ai créé pour l'occasion, c'est vraiment moi. Je me décrirais comme le "King" d'un nouveau son, qui s'inscrit à travers une nouvelle génération, en attendant la révolution.

Qu'est-ce que cette nouvelle génération a de spécial pour vous ?

Cette nouvelle génération a de nouveaux challenges. Nous devons faire face aujourd'hui à un nouveau monde. Et l'artiste a son rôle à jouer. Est-il là pour divertir, ou pour être une sorte de leader ? Je pense que nous devons faire face à beaucoup de chose ensemble, et c'est l'une des choses que je souhaite faire avec King Charles : rassembler les gens quoi qu'il puisse advenir.

Vous avez commencé par la musique classique. Comment vous-êtes vous mis au pop rock ?

J'ai commencé très jeune par jouer du violoncelle. Lorsque j'ai eu 15 ans, un ami m'a fait découvrir Bob Dylan, et ça a été une vraie révélation. J'ai eu envie d'en entendre plus. Plus de folk, plus de musique country. J'ai adoré ce son qui était nouveau pour moi. J'ai commencé à m'intéresser à la musique américaine des années 60 et 70, puis plein d'autres choses... C'est un mélange d'inspiration qui m'ont amené à faire ma musique, et à composer mon premier album.

Comment définiriez-vous justement ce premier album ?

Cet album est très spécial pour moi, car c'est justement le premier, et que cela m'a pris beaucoup de temps pour le faire. Il parle d'amour, de toute sorte d'amour. J'ai vraiment hâte qu'il sorte, pour pouvoir ensuite continuer l'aventure, et commencer à chanter sur d'autres thèmes.

"Mississipi Isabel" est le premier single que l'on peut entendre en France. On sent beaucoup d'influences différentes, de la soul, du rock, du folk... Comment définiriez-vous ce titre ?

Le coeur de ma musique, c'est la folk. Et pour moi, la musique folk, ce n'est pas uniquement la manière dont ça sonne, cela doit surtout s'adresser avant tout aux gens. Je voulais que ce soit fort, grand... J'adore le gospel, le rock, la musique africaine, et j'ai essayé de mélanger ces sons dans cette chanson.

Ce n'est pas trop compliqué lorsque l'on est jeune, d'être influencé par la musique des autres, mais tout en faisant sa propre musique ?

Je n'y pense pas du tout. Vampire Weekend est mon groupe préféré par exemple. Après avoir découvert leur premier album, je me suis dit, "il faut absolument que je fasse partie de ce groupe !" (Rires). Et comme c'était impossible, j'ai essayé d'écrire une chanson comme eux. C'était il y a des années. Aujourd'hui, je dépense toute mon énergie pour transcrire mes idées, mes pensées, en mots et en sons qui me sont propres.

Vous avez un sens du style très personnel. Est-ce qu'il y a des personnalités dont vous adoré le style, des créateurs de mode que vous appréciez particulièrement ?

Ce qui m'intéresse dans la mode, c'est que le style révèle ma personnalité. La façon dont on porte un vêtement est très personnelle, c'est ça le style. J'ai toujours voulu que les gens comprennent qui je suis, cela ne m'intéresse pas de porter un vêtement pour mettre en avant le savoir-faire d'un créateur. J'aime porter des belles choses bien sûr, des pièces de qualité, comme ces boots en cuir Fendi vintage. J'ai l'impression que grâce à ces chaussures, je peux exprimer une nouvelle facette de ma personnalité. C'est important pour moi de garder un équilibre entre ma personnalité, et mon apparence, soit ce que voient les gens. Je m'habille particulièrement quand je suis sur scène, car je pense que cela doit être excitant pour les gens qui découvrent mon look.

Qu'est-ce que vous avez envie de dire au public français qui vous découvre ?

N'ayez pas peur du fait que je m'autoproclame "roi" et que je parle de révolution ! (Rires).

Vos projets ?

J'aime bien aller de l'avant, mais pour le moment, j'ai surtout envie que l'album sorte. Il va d'ailleurs sortir en avant-première mondiale en France. Viendront ensuite les États-Unis et les autres pays.

Propos recueillis par Mélody Kandyoti

À ne pas rater