Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Festival d'Hyères 2013 : Expositions en avant-première

A quelques jours de l'ouverture du festival d'Hyères qui aura lieu cette année du 26 au 29 Mai, petit tour des expositions proposées à la fois à la Villa Noailles et en marge du festival de mode et photographie. Expositions jusqu'au 26 Mai 2013.

Charles et Marie-Laure de Noailles, une vie de mécènes / accrochage octobre 2012
Villa initiale

Pour ce nouvel accrochage, résultat des acquisitions récentes, la villa Noailles redéploie sa collection dans les espaces consacrés à l'histoire du mécénat de Charles et Marie-Laure de Noailles.
Jusqu'au 30 Avril

Guy Bourdin
Villa initiale
"Rough Proof"

Dans le cadre de l'exposition permanente Charles et Marie-Laure de Noailles, une vie de mécènes

On connaît les campagnes publicitaires réalisées pour les chaussures Jourdan par ce créateur provocateur, scandaleux, excessif. Il s'impose aujourd'hui comme un maître dont les images ne cessent de hanter l'histoire récente de la mode. Ce sens de l'inconvenance distinguée, de la bombe à retardement déposée sur la table du salon pose une question, celle du rôle joué par son amie Marie-Laure de Noailles et des artistes qu'elle et son mari ont promu. Difficile de conclure à un hasard ou une simple coïncidence. Les archives de l'artiste dévoilent explicitement les influences. Une photographie prise aux abattoirs d'un tas de mâchoires de lapins, évoque la série d'Eli Lotar pour la revue Documents (1929). Des mouches se posent sur le cou d'une élégante et l'on s'approche de l'imaginaire de Salvador Dali ou de Luis Bunuel. De singuliers paysages de matières ne sont pas sans rappeler les élevages de poussière de Man Ray et Marcel Duchamp. Man Ray qui sera le premier à encourager ce jeune homme en signant une courte préface de son exposition de 1952.

La manifestation propose d'abord quelques documents et dessins qui évoquent les débuts de Guy Bourdin et son amitié avec la mécène des surréalistes. Elle permet ensuite de découvrir, près de quatre-vingt tirages originaux, pour la plupart inédits, venus des archives du photographe. Enfin un échantillonnage de magazines d'époque illustre le travail publié dans les années 1950-60, moins connus que celui des décennies suivantes.

Stéphane Bourdin-Lestienne, Alexandre Mare,
commissaires de l'exposition.

Felipe Oliveira Baptista
Piscine, villa Noailles
"A screen to the brain"

Le but est d'aller au-delà des vêtements, de disséquer le processus créatif de Felipe Oliveira Baptista. Les idées et les concepts seront présentés dans des installations et par le biais d'une mise en scène surprenante. L'idée est de surprendre le spectateur et de provoquer une réaction sensorielle, esthétique et même émotionnelle, selon leur âge, genre, et intérêt ou non pour la mode.

La technologie est un élément clé de la mise en scène. FOB archive de manière obsessionnelle des centaines d'images, dessins et collages, et photos qui relatent son travail. Par la technologie, le but est de faire une installation qui va directement dans son esprit créatif. " A screen to the brain " est le nom de code de la pièce centrale de l'installation : un énorme monstre, fait de centaines d'écrans qui emportent le spectateur dans les histoires, inspirations, motivations, obsessions et tout ce que le spectateur ne perçoit pas habituellement de la mode.

Commissariat : Barbara Coutinho, directrice MUDE.
Direction artistique et scénographie : Alexandre de Betak.

Le MUDE (Museum of design & fashion) de Lisbonne invite Felipe Oliveira Baptista à occuper son espace d'exposition principal (1500m2) de septembre 2013 à janvier 2014.

Charles Fréger
Commande photographique de Lacoste
Squash
"L. 12. 12"

Quelque treize années après son passage par le Festival dans le cadre du concours de photographie, Charles Fréger présente le fruit d'une collaboration avec Lacoste, à l'occasion des 80 ans de la maison. Menant ici une véritable campagne photographique sur le territoire français, il a rencontré et fait le portrait de cheerleaders, de danseurs de Be Bop, de joueurs de pelote ou de capoeira, et bien d'autres adeptes de loisirs régionaux ou internationaux, tous porteurs de la fameuse chemise estampillée d'un crocodile vert. A sa mission, dont le nom de code reprend celui du célèbre polo Lacoste : L-12-12, il applique sa manière objective et dans sa marche militaire, fait comme à son habitude ce petit pas de côté qui l'amène à croiser aux côtés des joueurs de tennis ou de golf, pêcheurs de carpe ou sapeurs de Château Rouge.

Pierre Debusschere
Gymnase et sautoir, villa Noailles
"I know simply that the sky will last longer than I"

le travail de l'artiste visuel Pierre Debusschere, se situe dans les champs de la photographie et de la vidéo. Ses images se caractérisent par un style austère, solennel et l'utilisation particulière de la lumière. Debusschere est directeur artistique du site Raf Simons. Il a photographié des éditos et tourné des films de mode pour nombre de magazines tels que Vogue Homme Japon et V magazine, il contribue régulièrement au magazine Dazed & Confused.

L'exposition à la Villa Noailles mettra à l'honneur ses nouveaux travaux, photographies et oeuvres vidéo reflétant les thématiques de la beauté intérieure et extérieure. Son travail explore le dialogue entre les identités. L'exposition aborde le thème du voyage personnel et met l'accent sur l'impact de la musique comme source d'inspiration, et son rôle continu dans le processus de production d'images.'

Jean-François Lepage
Tour des Templiers place Massillon
"Memories from the future"

Jean-François Lepage est l'auteur d'une photographie de mode réalisée sur le fil du rasoir. Images, à la composition épurée - figures solitaires, dépourvues d'accessoires, immergées dans un paysage lunaire s'étendant à perte de vue ou dans une grande maison blanche quasi vide - imposent un minimalisme. Elles sont étrangement immobiles, suspendues dans un espace temps qui leur est propre, dans lequel la femme est un être habité de rêves. La main du photographe vient souvent, après la prise de vue, déranger l'image, la déconstruire, à coups d'incises sur le négatif, de découpages et de collages pour reconstruire une image neuve, multiple. L'opération prolonge le processus de création et abolit l'instant T de la photographie pour la plonger dans une dimension parallèle, un état de conscience où temps et espace s'étirent pour contenir les fantasmagories de chacun.

Jessica Eaton
Galerie Nouvelle"
"V Ang"

Lauréate du Grand Prix du Jury Photographie du Festival 2012, Jessica Eaton, photographe canadienne, explore la perception de la lumière et des couleurs. Au moyen de son appareil photo, elle crée en studio des espaces colorés, par un jeu de filtres colorés et de superpositions, expliquant que " la couleur en soi est mélangé à l'intérieur de l'appareil photo. ". L'objet en résultant est ainsi invisible à l'oeil nu, entièrement créé au sein même de l'image, il est littéralement révélé au regard, y compris celui de l'artiste, au développement de l'image.

Jessica Eaton revient à Hyères cette année pour présenter un travail inédit explorant l'expérience tridimensionnelle de l'image, résultat d'une commande spéciale du Festival.

Brea Souders
Hall
"Pieces to Place"

commande photographique sur les stylistes sélectionnés, Brea Souders, photographe sélectionnée lors du festival de 2012 met en image les créations des 10 stylistes sélectionnés de 2013
c'est une série de mode dans la veine de ses recherches personnelles. Elle y distille son sens de la couleur et de la composition, appliquée ici sur des fonds peints et retravaillés aux pastels et à la craie, dans des mises en scène empruntant au studio d'artiste et combinant portraits et natures mortes.

Novembre
Parvis, villa Noailles
Magazine invité de l'édition 2013

Chaque année, la villa Noailles invite un magazine qui partage la même volonté de découvrir et soutenir la création contemporaine, le même intérêt pour la mode et la photographie.
À travers un choix rigoureux, ce bi-annuel suisse s'adresse autant au large public qu'aux professionnels de la mode et du luxe. Un graphisme exigeant supporte textes et interviews autour des avant-gardes contemporaines.

Sous l'impulsion de Florence Tétier, Florian Joye, Jeanne-Salomé Rochat, Maxime Büchi et des trois éditeurs invités Nicolas Coulomb, Luc Andrié et Sophear Van Froment, Novembre est devenu une référence après trois années d'existence.

Et Pendant le festival uniquement :

Elina Laitinen, Siiri Raasakka & Tiia Sirén
Pigeonnier, villa Noailles
Vitrines, Galeries Lafayette, Toulon

Les lauréates mode de 2012 présenteront à Hyères pour la première fois, la collection dans une exposition-showroom. Les créatrices imaginent, pour l'occasion, une installation qui reflète leur univers. Les Galeries Lafayette Toulon exposeront en exclusivité, dans les vitrines du magasin, une tenue issue de la nouvelle collection ainsi que trois tenues de la collection 2012 qui les a révélées lors du dernier Festival.

Les Olivades
Atelier Saint-Bernard, Parc Saint-Bernard.

Pour la deuxième année l'Atelier Saint-Bernard, ancienne maison du jardinier de Charles et Marie-Laure de Noailles, transformée en atelier et en résidence d'artistes, accueille durant le Festival une exposition dialoguant avec la mode.

Cette deuxième exposition présente le travail de l'unique atelier d'impression sur tissus en Provence : Les Olivades une longue histoire qui commence à Marseille au XVIIème siècle, prend ses racines en Inde puis dans les Échelles du Levant, Smyrne, Alep et Constantinople et continue à ce jour dans l'atelier d'impression des Olivades à Saint-Étienne du Grès, aux portes de la Camargue.

Paquita Paquin

À ne pas rater