Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

The Master : Paul Thomas Anderson, l'eloge de la mauvaise foi

Paul Thomas Anderson a un don : celui de capter toutes les attentions à chacune de ses sorties de films. Le réalisateur du récit polyphonique "Magnolia", du magistral "Boogie Night" ou encore de "There Will Be Blood", - un chef d'oeuvre qualifié de classique dès sa sortie - ne peut pas se permettre d'échouer. "The Master" est donc un véritable défi pour Anderson, controversé avant même sa sortie, mais démesurément puissant. Au casting : le caméléon Joaquin Phoenix , Amy Adams ou encore Philip Seymour Hoffman, qui signe son cinquième film avec le réalisateur.

L'histoire : Freddie (Phoenix), un vétéran, revient en Californie après s'être battu dans le Pacifique. Alcoolique, il distille sa propre gnôle et contient difficilement la violence qu'il a en lui... Quand Freddie rencontre Lancaster Dodd - " le Maître " (Hoffman) -, charismatique meneur d'un mouvement nommé la Cause, il tombe rapidement sous sa coupe...

Féroce et fragile à la fois, "The Master" est à prendre comme une véritable expérience. Au travers d'un personnage impétueux et monomane dont on a du mal à s'identifier, on se laisse emporter dans un voyage inquiétant mais pourtant si lénifiant. Comme anesthésié, le spectateur se fait piéger par une fantasmagorie qui peut facilement incommoder. Là est toute l'ambition du film qui n'est pas seulement à regarder sommairement, mais qui semble presque relever de l'apprentissage. La puissance de ce chef d'oeuvre nous endoctrine dans l'univers marginal d'une secte... mais nous permet aussi rapidement de reprendre nos esprits.

La casting est lui aussi magistral. Joaquin Phoenix renaît de ses cendres, au point d'être comparé à Marlon Brando dans la presse américaine. Personnage solitaire, au bord du précipice psychologique, caché derrière son regard azur et glacial, il est fascinant. Amy Adams, mystérieuse et épouse réservée du "Master" se révèle être finalement incroyablement manipulatrice. Et enfin, on retient Philip Seymour Hoffman, étonnamment charismatique, dont la prestation est à marquer d'une pierre blanche.

"The Master", déjà nominé à plusieurs cérémonie de 2013 est sans conteste le film choc de ce début d'année.

En salle le 9 janvier.

Aurélia Baranes

À ne pas rater