Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Stoker : un brillant hommage sensuel a Alfred Hitchock

2013 semble être l'année hommage au Maître du Suspense. Après "Hitchcock" qui retraçait les instants "Psychose", c'est le réalisateur de "Old Boy", Park Chan-Wook qui déclare son amour au maestro. Faites donc une ovation au brillant, glacial et sulfureux "Stoker", avec en tête d'affiche Mia Wasikowska et Nicole Kidman. Un thriller qui ne pourra qu'être apprécié par les amateurs d'Alfred Hitchcock, disparu il y a 33 ans.

Le pitch : Après la mort de son père dans un étrange accident de voiture, India, une adolescente, voit un oncle dont elle ignorait l'existence, venir s'installer avec elle et sa mère. Rapidement, la jeune fille se met à soupçonner l'homme d'avoir d'autres motivations que celle de les aider. La méfiance s'installe, mais l'attirance aussi...

Un scénario (écrit par Wentworth Miller) qui fait écho à "L'Ombre d'un doute", chef d'oeuvre hitchockien sorti en 1943. Aussi stylisé, esthétisé et sophistiqué que le long-métrage qui l'a inspiré, "Stoker" va jusqu'à donner le même nom (Charlie) au personnage de l'oncle machiavélique. Comme échappée du monde merveilleux de Tim Burton, Mia Wasikowska en brune glaciale transcende au travers de son regard noir et de son silence de plomb. Veuve éplorée, Nicole Kidman dompte ses émotions avec son regard bleu azur presque diaphane. Enfin, Matthew Goode, l'abominable "Oncle Charlie" semble être tout droit sorti d'un magazine de mode, sans pour autant nous donner envie de rester seul(e) avec lui.

Tendance "Psychose" également dans le long-métrage de Chan-Wook qui s'offre une scène sous la douche à deux doigts -sans mauvais jeux de mots- de devenir culte. Ponctué par une musique mortifère digne de "Rosemary's Baby", l'érotique frôle le macabre au sein de cette famille délicieusement dérangée.

Diaboliquement bien troussé, "Stoker" signe la première aventure hollywoodienne du réalisateur coréen, jubilant d'une atmosphère pesante, dérangeante mais résolument envoûtante.

Au cinéma le 1er mai.

Aurélia Baranes

À ne pas rater