Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Silent Hill Revelation 3D : on y va ou pas ?

Une fille plutôt jolie à tendance gothique, des cris qui percent les tympans, une abominable gamine aux longs cheveux noirs... bienvenue dans le nouveau cliché du genre de l'horreur. Bye bye les films à petits budgets qui prônent les slashers, désormais le public veut du grand spectacle. Et pourquoi pas ? Beaucoup déplorent le poncif de "Silent Hill", d'autres le trouvent plutôt agréable. Entre pour et contre, on s'y perd un peu. Et nous, on en pense quoi ?

Ô toi, lascive adolescente, "Silent Hill" tu adoreras :

"Silent Hill", ne l'oublions pas, repose sur l'adaptation du jeu vidéo éponyme. Rien qui n'attire vraiment les petites adolescentes à tendance eau précieuse. Et pourtant. Le film capte l'attention des plus fleurs bleues en ajoutant au beau milieu du scénario une amourette. Voilà la plus grosse erreur de Michael J. Bassett qui fait perdre du crédit à son film en deux temps trois mouvements. Car très rapidement, le graphisme et l'atmosphère obscure du long-métrage se laissent étouffer par la rencontre aussi improbable que risible entre Heather, personnage principal, et Vincent. Une rencontre précipitée qui dédramatise presque le coeur de l'histoire : le cauchemar. Silent Hill, ville imprégnée par le genre du "Survival Horror" fait ressortir nos pires hantises, entre infirmières aliénées et monstres multi-pattes. Dommage alors que le bestiaire se laisse lui même dévorer par de simples ardeurs jouvencelles.

Oui mais...

Ok, les films d'horreur avec des mouflets commencent à se faire nombreux. Et en effet, le pauvre Kit Harington (Vincent) est de trop dans le scénario. Et oui, aussi, le vrai zélateur du genre de l'horreur en a marre d'avoir l'impression de voir 30 fois le même film en une année. Mais décrispez-vous tout de même. "Silent Hill" prouve qu'il est possible de passer un bon moment tout en étant terrorisé. En fonction de votre impressionnabilité. Car après tout, l'horreur n'est qu'une affaire de sensibilité personnelle. Entre épouvante et répulsion, le spectateur se laisse tout de même aller au point de se faire envahir par un climat oppressant. De quoi passer de l'horreur pure à un genre plus cérébral, entre claustrophobie et situations inextricables. Mieux : le casting. Bien que son apparition soit éclair, Malcolm Mcdowell est de la partie. De même pour Carrie-Anne Moss, Radha Mitchell et Sean Bean.

Une suite de "Silent Hill" qui ne peut pas concurrencer le premier volet mais qui nous fait passer un bon moment, sans nous traumatiser. Allez y, donc.

Aurélia Baranes

À ne pas rater