Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Shadow Dancer : danse avec l'IRA

2012 s'est terminée en beauté avec l'excellent thriller de Ben Affleck "Argo". Sachez que 2013 reprend de plus belle avec "Shadow Dancer" de James Marsh, un film sous haute tension. Images crépusculaires et atmosphère embrumée, tout y est pour que le spectateur se plonge dans l'univers sordide de l'IRA (organisation de lutte armée en Irlande). Avec l'hypnotique Andrea Riseborough, beauté virginale remarquée dans "W.E" de Madonna et Clive Owen, "Shadow Dancer" réjouira les amateurs de suspense.

L'histoire : Collette (Andrea Riseborough), jeune veuve, est une républicaine, vivant à Belfast, avec sa mère et ses frères, de fervents activistes de l'IRA. Suite à son arrestation après un attentat avorté au coeur de Londres, Mac (Clive Owen), un agent secret du MI5, lui offre le choix : passer 25 années en prison et ainsi perdre ce qu'elle a de plus cher, son fils, ou espionner sa propre famille. Elle décide de faire confiance à Mac, et retourne parmi les siens...

"Shadow Dancer" nous tient en haleine de la première à la dernière minute, tant le scénario est rigoureusement bien mené. L'ambiguïté des sentiments et les intentions troubles des protagonistes nous placent sous une tension constante... et inopinément plaisante. James Marsh qui avait agréablement surpris les critiques avec son documentaire "Le Funambule", (primé aux Oscars 2009) s'offre un nouveau coup de maître. Âpre, brutal, abrupt, ce long-métrage peu bavard et sans pitié dévoile manipulés et manipulateurs... avec une tendance à très souvent inverser les rôles.

Derrière un visage stratégiquement fermé, Andrea Riseborough ne parvient à dissimuler son regard anxieux et apeuré. Fragile et silencieuse, elle est d'un mystérieux déroutant pour un rôle principal. Allures protectrices en revanche pour Clive Owen, dont le mètre 90 semble avoir été amplifié pour désespérément gagner la confiance de la jolie Collette.

Un final explosif et surprenant, qui dévoile toute l'habileté du scénario avec une sobriété exemplaire... "Shadow Dancer" mêle mélancolie et virtuosité.

Au cinéma le 6 janvier.

Aurélia Baranes

Egalement à l'affiche ce mecredi : "Hitchcock" et "Gangster Squad".

À ne pas rater