Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Lettre ouverte à Lana Del Rey

Lettre ouverte à Lana Del Rey.

Très chère Lana Del Rey,

Ma douce, mon canard. Voilà maintenant plusieurs mois que ta voix fiévreuse attaque continuellement les radios françaises. Non pas que tes chansons n'arrivent pas à la cheville de celles d'Adele (quoique), mais il me semble que - pour ton bien personnel - tu devrais te reposer.

Pour une courte durée, le temps de te relaxer et de faire oublier tes apparitions qui s'avèrent être quelques fois "chiatiques". Et puis, pour ton bien aussi, car les rumeurs ne cessent de circuler à ton sujet. Paraîtrait même que ta chanson "Videogame" ait été volée à une chanteuse grecque. Comme si c'était le moment de piller ce pays ! Alors comme le dit l'adage :"loin des yeux, loin du coeur" et en te retirant un peu, les tabloïds te laisseront tranquille.

Et puis, loin de moi l'envie d'être bilieuse, mais tes chansons ne sont rien d'autre que d'interminables miaulements. Des cris de chats que tu n'arrives même pas à reproduire sur scène. La honte. Je crois bien que je préférerais danser la tecktonik sur le Barcarolle plutôt que d'entendre une nouvelle fois l'un de tes "concerts". De misérables shows nous donnant l'impression d'assister au spectacle qu'une fillette de 12 ans singe dans sa chambre, le botox en prime.

Mais le pire dans tout ça, c'est ton humilité. Car non, tu ne t'appelles pas Lana Del Reine d'Angleterre, ni Dalaï-Lama Del Rey. Donc tes chevilles s'il te plaît, tu les désenfles, et plus vite que ça. Après tout, tu n'es rien d'autre qu'une Lindsay Lohan moderne - pardonne mon langage - en plus ratée. Car "Lilo" au moins a le don de nous rendre nostalgiques et de nous faire passer pour de vieux cons types "C'était mieux avant". Alors que toi, tu as juste débarqué sans prévenir, telle la gastro-entérite en plein été. Une épidémie que j'ai réussi à éviter pendant plusieurs mois, mais malheureusement, mon beau canard, tu t'es aussi bien imposée qu'une sitcom de beaufs marseillais aux heures de journal télévisé.

Alors oui, j'avoue, ta place tu la mérites. Tu te l'es faite après tout. Eh oui, il t'arrive quand tu pousses un peu la chansonnette, de passer au-delà de la barrière de vérole musicale. Mais tiens-tu sincèrement à tomber dans l'oubli comme la plus obèse des Spice Girl ou la médiocre Ashanti ?

Réfléchis à tout ça et tiens-moi au jus.

Gros bisous,

A.B

À ne pas rater