Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Les Ames Vagabondes : de l'amour a la science fiction, notre critique

Adapté du roman de Stephenie Meyer (auteure de Twilight) et réalisé par Andrew Niccol, "Les Âmes Vagabondes" sort aujourd'hui au cinéma. Un long-métrage qui donne la réplique à Saoirse Ronan et Diane Kruger, fusionnant romance et science-fiction dans une véritable alchimie cinématographique. Mais ce film que beaucoup voient comme "l'après Twilight" vaut-il vraiment le détour dans nos salles obscures ? Jonglant parfois entre une approche philosophique légèrement superficielle et une intrigue captivante, Niccol a-t-il réussi son nouveau pari ? Décryptage.

Dans un futur proche, notre Terre est envahie. L'humanité est en danger. Nos corps restent les mêmes, mais nos esprits sont contrôlés par des "Âmes". Melanie Stryder (Saoirse Ronan) vient d'être capturée mais refuse de laisser place à l'être qui tente de la posséder. Quelque part, caché dans le désert, se trouve un homme qu'elle ne peut pas oublier et qui sera sa force. L'amour pourra-t-il la sauver ?

Le concept des "Âmes Vagabondes" n'est pas sans rappeler un film des années 50 qui avait terrifié à l'époque : "L'invasion des profanateurs de sépultures". Reprendre une énième fois le thème de l'envahissement extraterrestre en y ajoutant une touche romantique démarquera donc le long-métrage d'Andrew Niccol (à qui l'on doit déjà "Time Out" et "Lord of War"). Avec un casting cinq étoiles, cette histoire fleur bleue expose l'une des principales faiblesses de l'humanité : la peur de l'autre. Une approche philosophique néanmoins timide, surtout pour un film de science-fiction, qui ne revigorera probablement pas assez le spectateur. Mais à l'opposé, la lutte intérieure de l'héroïne sous ses allures schizophréniques est bien plus palpitante. De là, un triangle amoureux se forme, faisant même un petit clin d'oeil au blockbuster "Twilight", sans pour autant devenir assommant.

Véritable découverte de ce long-métrage, Saoirse Ronan s'impose comme l'une des nouvelles actrices à suivre. La force de son personnage s'harmonise à la délicatesse de l'être qui tente de la détenir, sans même flirter avec le ridicule. Plus apollinien, Max Irons se cache derrière une face de bellâtre légèrement creuse, tandis que Diane Kruger nous glace le sang dans la peau d'une traqueuse enragée. Beauté froide pour l'occasion, elle s'offre un véritable rôle à contre-emploi.

Un film qu'on vous conseille donc de voir, même si l'on regrette quelques longueurs fortuites par moment.

"Les Âmes Vagabondes", au cinéma le 17 avril.

Aurélia Baranes

À ne pas rater