Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Les Adieux a la Reine : meilleur film francais de l'annee

Sans tomber dans une reconstitution trop poussiéreuse, Benoît Jacquot a fait de son long-métrage "Les Adieux à la Reine" le meilleur film français de l'année. Le prix Louis-Delluc a en effet récompensé le réalisateur et son splendide cocktail d'actrices : Léa Seydoux, Virginie Ledoyen et Diane Kruger. Un trio amoureux plein de virtuose qui a marqué les esprits.

Pour succéder au film d'Aki Kaurismäki, "Le Havre", le cinéma français dévoile toute sa quintessence. "Les Adieux à la Reine" est, disons-le, un chef d'oeuvre. Kruger dans le rôle de Marie-Antoinette s'impose officiellement comme l'une des plus belles reines du cinéma. Seydoux, beauté virginale signe l'un de ses plus beaux films, au travers de ses grands yeux amoureux. Et Ledoyen, figure plus distante qui obsède pourtant tout le monde, est d'une perfection indubitable.

Pour ceux qui l'ont raté au cinéma, petit retour sur le synopsis : En 1789, à l'aube de la Révolution, Versailles continue de vivre dans l'insouciance et la désinvolture, loin du tumulte qui gronde à Paris. Quand la nouvelle de la prise de la Bastille arrive à la Cour, le château se vide, nobles et serviteurs s'enfuient... Mais Sidonie Laborde, jeune lectrice entièrement dévouée à la Reine, ne veut pas croire les bruits qu'elle entend. Protégée par Marie-Antoinette, rien ne peut lui arriver. Elle ignore que ce sont les trois derniers jours qu'elle vit à ses côtés.

Un véritable honneur pour Benoît Jacquot, car la compétition cette année pour le prix était des plus corsés : "Amour" de Michael Haneke, "La désintégration" de Phillippe Faucon, "Holy Motors" de Leos Carax, "Après mai " d'Olivier Assayas, "De rouille et d'os" de Jacques Audiard, "38 témoins" de Lucas Belvaux et "Camille redouble" de Noémie Lvovsky étaient également en lice.

Félicitiation donc à l'équipe du film, qui méritait bien ce prix.

À ne pas rater