Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Hitchcock : le film etait presque parfait

Un bon biopic ne dévie pas forcément la caricature mais contourne subtilement le grotesque. Voilà une règle bien assimilée par Sacha Gervasi qui nous fait voyager à la fin des années 50 dans le quotidien d'Alfred Hitchcock période Psychose. Mais attention, le réalisateur ne veut pas nous montrer comment le Maître du Suspense s'est édifié ou a rencontré son épouse Alma. Non, dans le délicieux "Hitchcock", Gervasi revient sur les années et le tournage de "Psychose". Un projet au chemin jalonné d'épreuves tant il était jugé comme indécent. Anthony Hopkins endosse rigoureusement le rôle du maître dont il partage les initiales, au côté d'Helen Mirren, troublante femme de l'ombre.

Mimétisme et discours prolixes sont au rendez-vous dans ce film dont le casting est à la hauteur de l'univers Hollywoodien retranscrit : Scarlett Johansson et Jessica Biel pour une touche glamour, Toni Collette pour la précision du jeu. Engoncé dans une prothèse de visage, Hopkins est déroutant tant il est méconnaissable. Les mains toujours croisées sur son ventre pondérant, le regard noir et la voix douce, il trouve le mot juste pour nous faire sourire.

Là est toute l'audace de Gervasi qui mêle débâcle hollywoodienne, crise de couple et fantaisie dans un seul et long-métrage. L'univers de la censure y est légèrement parodié mais dévoile de véritables problèmes rencontrés par le Maître du Suspense à l'époque : montrer des toilettes pour la première fois au cinéma ou pire, la scène de la douche où Janet Leigh se fait massacrer... nue. Les premières images du film révélaient Scarlett Johansson, sublime créature dans la peau de l'icône des années 50. Excellente surprise pour ce rôle presque sur-mesure, où Johansson mystérieuse, un brin naïve et sensuelle dévoile un jeu pointilleux digne d'une blonde Hitchcockienne.

L'autre véritable surprise de "Hitchcock" est le personnage d'Alma : Madame Hitchcock, femme de l'ombre, toujours en retrait mais pourtant si indispensable. Sacha Gervasi a tenu à une chose : rendre à Alma ce qui appartenait à Alma.

Un monstre du cinéma qui s'attaque à l'horreur, un sous-genre de l'époque, personne n'y croyait... mais Hitchcock l'a fait. "Psychose" restera le plus grand succès du Maître du Suspense, on vous conseille donc vivement de découvrir l'envers du décor dès le 6 février au cinéma.

"Hitchcock", le 6 février au cinéma.

Aurélia Baranes

À ne pas rater