Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Compliance : terreur sur la ligne

"Allo, ici la police, je vous appelle pour pourrir votre vie". Si le film commençait ainsi, ce ne serait probablement plus un drame psychologique. Car l'art du dialogue peut faire mal. Très mal. "Compliance" de Craig Zobel est aussi dérangeant que puissant. Un long métrage où chaque spectateur se pose l'ultime question "Qu'est-ce que j'aurais fait dans une telle situation ?". Impossible pourtant de s'imaginer dans une position aussi absurde... Répétée près de 70 fois aux États-Unis en 2004.

Le synopsis : Lors d'une journée très chargée, Sandra, gérante d'un fast-food de la banlieue de l'Ohio reçoit l'appel d'un policier. Ce dernier accuse l'une de ses employées d'avoir volé une cliente dans la matinée. Le croyant sur parole, Sandra place la jeune Becky sous surveillance, entrant ainsi dans une situation qui va bientôt tous les dépasser.

"Compliance" est un huis clos sous haute tension, placé sous l'emprise de la manipulation et de la persuasion. Le cadre est froid, inquiétant, les plans sont hyperréalistes. Un film qui sent fort l'odeur de frites sans pour autant nous ouvrir l'appétit.

Petit à petit se développe une relation entre le manipulateur et les manipulés. Comment ces derniers se laissent pour la plupart facilement diriger. Comment quelques-uns craquent et refusent de suivre des ordres d'une soi-disant autorité. La victime accepte étrangement son sort, même si elle supplie, ne veut pas être fouillée au corps, ne veut pas se mettre nue. Elle parait quelque fois outrée, mais est toujours d'une docilité déconcertante.

La réalisation est sobre et distanciée, on retrouve presque l'art du documentaire. Le drame est minutieusement amené, de sorte que le spectateur se déculpabilise de son statut de voyeur. S'impose alors une réflexion sur le déférence naturelle des personnes envers l'autorité. Une question passionnante, surtout dans un pays comme les États-Unis.

"Compliance" désigne en anglais la conformité. Un sentiment d'obeissance aveugle, décortiquée au plus profond. Sadique comme un simple coup de fil, le masque se dégage peu à peu... Jusqu'à un renversement de situation qui nous coupe le souffle.

Un film coup de poing qui révèle la jolie Dreama Walker, Gossip Girl égratignée pour l'occasion, l'une des nouvelles têtes à suivre cette année. On applaudit également la performance d'Ann Dowd, la gérante du fast-food... qu'on avait adoré dans "Garden State" du grand rêveur Zach Braff.

"Compliance", depuis mercredi 26 septembre dans vos salles.

Aurélia Baranes

À ne pas rater
À découvrir