Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Cogan : cinglant, sarcastique et criminel pour le retour de Brad Pitt

Plongé en plein coeur d'une Amérique profonde, sinistre et désorientée, "Cogan - Killing Them Softly" de Andrew Dominik dépeint une Louisiane cruellement référencée. Implanté dans ce théâtre où règne la criminalité, Jackie (Brad Pitt ) tueur à gages fascine au travers de ses allures pondérées et subversives à la fois. Crépusculaire, ce polar cinglant s'impose comme l'une des meilleures sorties de cette semaine. Décryptage.

Lorsqu'une partie de poker illégale est braquée, c'est tout l'univers des bas-fonds de la pègre qui est menacé. Les caïds de la Mafia font appel à Jackie Cogan pour trouver les coupables. Mais entre des commanditaires indécis, des escrocs à la petite semaine, des assassins fatigués et ceux qui ont fomenté le coup, Cogan va avoir du mal à garder le contrôle d'une situation qui dégénère...

Un personnage central dont la froideur rythme ce long-métrage métaphorique, analyste de la crise économique actuelle. "En Amérique, vous êtes seul. L'Amérique n'est pas un pays, c'est un business" atteste Cogan, dans son cynisme constant. Une citation qui révèle l'impact des dialogues ciselés présents tout au long du scénario.

Une série noire, crûe pour cette troisième réalisation de Dominik qui avait déjà séduit le public avec son western aux tendances contemplatives : "L'Assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford".

Rythmé par la violence faite et/ou attribuée par les protagonistes, "Cogan" transforme le meurtre en une possibilité presque acceptable. Car Jackie essaye de tuer sans douleur... Pour lui comme pour ses victimes. Une mort en douce, qui nous fait tressaillir d'une seconde à l'autre tant Brad Pitt est terriblement efficace dans ce rôle. Un visage grave et mélancolique pour l'acteur/égérie, qui met sa plastique de côté pour mieux congédier son image de bellâtre.

Dans sa froideur distanciée, "Cogan - Killing The Soflty" rappelle l'excellent "Killer Joe". Un autre film qui dépeint l'Amérique profonde, l'Amérique déboussolée, l'Amérique oubliée, l'Amérique parfois dévorée par la cyclopéenne machine Hollywoodienne.

En salle le 5 décembre.

Aurélia Baranes

À ne pas rater