Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Argo : quand la réalité surpasse la fiction

"Si le film "Argo" n'était pas inspiré de faits réels, il n'aurait jamais pu sortir au cinéma. Personne n'aurait gobé une histoire pareille." affirme congrûment Ben Affleck, réalisateur et acteur du pamphlet politique le plus éprouvant de l'année 2012. Et pour cause, l'histoire est si rocambolesque, pour ne pas dire "ubuesque", qu'elle terrifie autant qu'elle fait rire.

La trame se déroule le 4 novembre 1979, au summum de la révolution iranienne. Des militants envahissent l'ambassade américaine de Téhéran, prenant ainsi 52 Américains en otage. Mais au milieu du chaos, six d'entre eux réussissent à s'échapper et à se réfugier au domicile de l'ambassadeur canadien. Sachant qu'ils seront inévitablement découverts et probablement tués, un spécialiste de "l'exfiltration" de la CIA, Tony Mendez (Affleck) monte un plan risqué visant à les faire sortir du pays. S'inspirant largement du succès de "La Guerre Des Étoiles", il se fait passer pour un producteur à la recherche de paysages aréiques, signature singulière de l'Iran. Une mesure dérogatoire abracadabrante qui a été cachée près de 30 ans aux États-Unis.

Le dispositif scénique ici valorisé par l'espionnage noue l'estomac du spectateur de la première à la dernière seconde du long-métrage. Affleck prouve avec habileté pour la troisième fois qu'il n'est pas qu'un primitif bellâtre, captif de la cyclopéenne machine Hollywoodienne. Pour preuve, sa mâchoire lourde et son teint lissé sont accentués par une épaisse barbe, l'éloignant de l'image creuse et apollinienne qui lui a longtemps collé à la peau.

Diablement efficace, le casting réunit John Goodman ("The Big Lebowski", "The Artist") à l'Oscarisé Alan Arkin, créant un duo cocasse et sacripant. Une pointe d'humour qui dédramatise l'allure mystérieuse et mélancolique du personnage de Ben Affleck, confronté à un soucieux patron, interprété par le magistral Bryan Cranston.

Produit par le très politisé George Clooney, le film bruisse déjà de rumeurs Oscarisées. Un projet vertigineux et ambitieux pour Ben Affleck, qui ne se contente pas seulement d'une narration des évènements, mais plutôt de la recrudescence d'une histoire longtemps ignorée. Haletant, même pour ceux qui connaissent le fin mot de cette péripétie, "Argo" regroupent les prérogatives du classicisme Hollywoodien. Un final époumonnant et exaltant qui rappel tout l'art du Thriller.

Argo, en salle le 7 novembre.

Aurélia Baranes

À ne pas rater