Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Rencontre avec Waris Ahluwalia, dandy sikh de la joaillierie

Les fans des films de Wes Anderson connaissent certainement son visage. Les hypeurs parisiens l'ont peut-être croisé aux soirées qui réunissent toute la faune fashion de la capitale. Acteur et socialite new-yorkais, Waris Ahluwalia fait aussi dans la joaillerie. Né dans la province du Penjab en Inde et élevé à Brooklyn, sa double culture a fait de lui un dandy sikh, qui ne sort jamais sans son costume trois pièces sur mesure et son turban traditionnel. Un personnage charismatique aujourd'hui à la tête d'House of Waris, maison de joaillerie qui "transpose des idées en or et diamants" comme il se plaît à le dire. Une philosophie de vie, du Beau, un amour pour l'artisanat made in India, qui font de lui un designer à suivre. Rencontre.

 

Comment avez-vous commencé à faire des bijoux ?

J'ai commencé tout simplement avec la toute première pièce que j'ai créé, une bague sertie de 40 diamants qui tenait sur trois doigts. Je l'avais faite pour moi. Je suis allé chez Maxfield (une célèbre boutique à Los Angeles), les propriétaires l'ont repéré et ont voulu me l'acheter immédiatement. C'est avec cette bague que j'ai créé la marque House of Waris. A partir de ce jour, je me suis entouré des meilleurs artisans joailliers. D'abord à Rome, puis à Jaipur. J'ai appris dans ces deux villes, en observant et en posant beaucoup de questions. A Jaipur, je suis resté aux côtés de mes artisans six mois par an pendant ces cinq dernières années. Ils sont comme ma famille, une famille extrêmement douée.

 

Comment travaillez vous pour élaborer une collection ? Quelles sont vos sources d'inspiration ? Est-ce que vous faites un croquis d'abord, ou vous choisissez plutôt en premier les matériaux et les pierres ?

Je me suis toujours inspiré de l'amour et de l'Histoire. Mais soyons clairs, je ne prétend pas pour autant comprendre l'un ou l'autre. Tout commence avec un croquis. Au départ, je vois le bijou dans ma tête et ensuite je le dessine. Parfois je vois une pierre, parfois je vois de l'or...

 

Votre dernière collection était inspirée des photos d'Andrew Zuckerman. Pouvez-vous nous en dire plus sur la prochaine ?

C'est une collection qui va dans la continuité de ce désir de liberté, ce but. Ce sentiment qui grandit en nous d'être aussi libre qu'un oiseau, le fait que les plantes recherchent la lumière du soleil, la recherche de plus, de mieux...

 

Vous travaillez avec des artisans italiens et indiens. Pouvez-vous nous en dire plus sur leur place dans la maison House of Waris ?

Je n'ai pas de formation de joaillier. Comme tout dans la vie, je me fie à mes instincts. C'est un dont que nous avons tous et cela ne tient qu'à nous de savoir comment l'utiliser. Tout a commencé par chance. Une idée transposée en or et diamants. Cette idée est devenue une philosophie, pour trouver les meilleurs artisans au monde et préserver leur savoir faire. Pas comme des reliques de musée, mais comme mode de vie. Aujourd'hui, les objets faits à la main tentent difficilement d'exister à côté d'objets issus de la culture de masse. Cette philosophie est devenue une entreprise. Mes artisans travaillent avec moi pour faire des pièces uniques de toute beauté, pour une clientèle qui sait apprécier quelque chose de spécial.

 

Y-a-t-il une image qui vous inspire ?

Une peinture de Caspar David Friedrich, "Lemoine au bord de mer".

 

Le meilleur endroit pour créer des bijoux ?

Mes artisans ont un grand amour de leur travail. Alors je vais avant tout là où les gens sont passionnés.

 

Le meilleur endroit pour passer des vacances ?

Un endroit tranquille, vide, avec des plages de sable blanc.

 

La pièce de votre dressing que vous préférez ?

Ma veste en jean customisée par Olympia Le Tan.

 

Quel est votre bijou préféré ?

Je ne pourrais jamais choisir.

 

Quels sont vos créateurs préférés ?

J'aime le travail de mes tailleurs, j'aime les robes de Giambattista Valli et de Bibhu Mohapatra (que je ne porte pas !), et la marque A.P.C.

 

Vos projets pour l'avenir ?

Il cite un passage d'un poème de Robert Burns ("To a Mouse") :

"Les plans les mieux conçus des souris et des hommes

Souvent ne se réalisent pas

Et ne nous laissent que tristesse et douleur

Pour une joie promise"


Les bijoux House of Waris sont en vente chez colette à Paris.

 

Propos recueillis par Mélody Kandyoti

À ne pas rater