Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Loulou de la Falaise présente ses "perles nomades"

Loulou de la Falaise.
Loulou de la Falaise.

Loulou de la Falaise s'offre un tour du monde très spécial. Après la pâte de verre, les perles sont les nouvelles stars qui ornent ses colliers. De Chine, de Tahiti, du Japon et d'ailleurs, elles surprennent et tentent des associations inattendues avec des matières "brutes", comme la calcédonite, la turquoise, des "os de serpent" ou bien même du bambou et de l'ébène. Loin du sautoir classique et bourgeois, les colliers de Loulou se réclament hauts en couleur, décalés, et "joyeux" comme elle se plaît à le dire. Une collection plus accessible et facile à vivre que les précédentes, qui appelle au voyage, avec élégance, toujours.

 

Quel est l'esprit de cette nouvelle collection ?

Cette collection, c'est vraiment pour partir en vacances. Il ne s'agit pas de bijoux travaillés, artistiques, ce sont des enfilages très joyeux. Un travail autour de la perle, pour des bijoux faciles à mettre et abordables. J'ai voulu mélanger des couleurs amusantes. J'essaie de faire toujours des choses inattendues, même si elles sont très simples. Pour beaucoup de pièces, je suis partie de la perle. Je me suis demandé comment la mettre en valeur, faire en sorte qu'elle ne soit pas banale. Je possédais certaines perles depuis des années, mais parfois on n'a pas tout de suite l'idée... Alors, on attend un peu et puis d'un seul coup elle arrive ! J'ai trouvé amusant et inhabituel de mélanger par exemple ces pierres typiquement africaines que l'on appelle "os de serpent" avec des perles. Il y avait aussi l'idée de faire des bijoux légers, et facilement portables, qu'on apporte en vacances. J'ai donc pensé à faire quelque chose qui fonctionne sur tous les niveaux.

 

D'où proviennent les perles de cette collection ?

Je fais les foires au pierres précieuses, j'en ai aussi rapporté quelques-unes de mes voyages, et j'ai aussi une petite collection personnelle.

 

Pour votre dernière collection, vous aviez essentiellement travaillé la pâte de verre. Quelles matières et pierres avez-vous utilisé pour ces nouveaux bijoux ?

J'ai utilisé des perles d'un peu partout bien sûr, mais aussi du bambou, des smarties en nacre, sortes de perles artificielles plates en nacre que j'adore, de l'ébène, de la corne, de la turquoise, de la calcédoine, du corail ancien, des améthystes... Dans mon enfance je redoutais un peu les perles, je trouvais que cela faisait trop dame. J'ai mis pas mal de temps à m'y habituer. À travers cette collection, j'ai voulu faire des colliers de perles joyeux, avec un mélanges de pierres et de matières inattendues et colorées.

 

Tenere, Taiga, Aral, Gobi... Comment avez-vous choisi les destinations qui nomment les différentes pièces ?

J'ai choisi des noms de destinations exotiques, en fonction de l'aspect du collier. Pour le collier Tenere par exemple, c'est un désert en Algérie que j'adore et où je suis allée plusieurs fois. Pareil pour le collier Atlas.

 

Propos recueillis par Mélody Kandyoti
À ne pas rater