Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Rencontre : Victoire de Castellane évoque ses créations pour Dior Joaillerie à l'occasion de la Biennale des Antiquaires

Voilà onze ans que Victoire de Castellane invente la joaillerie Dior, onze ans qu'elle impose ses codes haute couture à la place Vendôme : travail artisanal, raffinement, exubérance et poésie. Avec elle, la gamme des pierres semi-précieuses et ornementales semble s'étendre à l'infini, les laques audacieuses recouvrent l'or et le platine, ses créations atteignent des proportions pharaoniques. La joaillerie Dior sera présente comme il y a deux ans, à la Biennale des antiquaires aux côtés des plus prestigieux joailliers de Paris dans une boutique écrin répondant aux codes de la maison Dior avec 150 pièces uniques dont 13 nouveautés, autour de trois thèmes emblématiques : la rose Dior, déclinée en collier, bagues et boucles d'oreille, Les coffrets de Victoire : une collection de pièces uniques imaginées autour de pierres de centre chinées aux quatre coins du monde, enfin les Incroyables et Merveilleuses, pièces emblématiques aux pierres de centre démesurées et aux montures narratives.

Vous étiez une fan de la Biennale des antiquaires avant d'y présenter vos créations?

J'avais dû m'y rendre une ou deux fois. Présenter la joaillerie Dior dans cette enceinte était une envie forte de la maison et nous avons eu la chance d'être invités pour la première fois lors la dernière biennale de 2008 pour laquelle nous avions présenté la collection Minin Carnivora, les bébés de Belladonna Island.

Vos propositions de 2010 sont très différentes ?

Il y a deux ans, on avait fait quelque chose d'extrêmement moderne il y a deux ans, avec une installation signée Eric Troncy autour d'une collection de bagues fleurs exposées dans des berceaux couveuses, et dans la mesure où cela m'amuse d'être toujours là ou l'on ne m'attend pas, j'ai donc trouvé amusant de revenir cette fois-ci, à quelque chose de plus classique mais en même temps de très précieux. Nous sommes dans une proposition plus "biennale" et, puisque le décor de chaque stand de joaillier représente l'identité de la marque, les cent cinquante pièces uniques que nous présentons répondent aussi à un esprit couture classique proche de l'identité de Dior, à l'exemple du collier Précieuses rose en or blanc et diamants. J'aime l'idée d'être soudain assez sobre car nombreux sont ceux qui se sont raccrochés au côté très créatif exubérant et coloré des créations précédentes. Je trouvais donc important, pour ne pas me lasser, de faire des choses plus classiques... Enfin, classiques... si l'on peut dire !

Dans Les Coffrets de Victoire pourtant, on retrouve la couleur ?

Ces pièces uniques aux montures narratives se composent de pierres multicolores très fortes, de pierres taillées d'une certaine manière, de mélanges de pierres opaques et transparentes. Je joue sur le contraste des différentes couleurs ; elles comportent souvent des pampilles et sur certaines boucles d'oreilles imposantes j'ai repris la technique du fermoir ancien avec l'accroche supplémentaire : un fil en or qui vient se poser sur l'oreille pour stabiliser la boucle.

Les Coffrets de Victoire ne recèlent que des pièces uniques.

Oui, parce que chaque fois que je trouve une pierre ancienne ou sculptée de façon bizarre, ou bien un matériau un peu étrange, je fais une pièce autour. Il s'agit donc de créations uniques car on ne trouve jamais deux fois la même pierre. C'est une interprétation libre dans la mesure où elle n'est pas rattachée à une collection qui existe déjà chez Dior, d'où l'idée de coffre au trésor, un coffre plein de bijoux qui n'auraient pas vraiment de rapports entre eux.

Le coffret existe-t-il aussi ?

Dans les boutiques, ces bijoux sont présentés dans un écrin, dans une boite à bijou un peu théâtrale comme celles des films hollywoodiens des années 50 ou des films de cape et d'épée. C'est un coffret en cuir noir avec du velours rouge à l'intérieur ; chaque boutique Dior dans le monde possède ce coffret qui accueille au fur à mesure des ventes ou de l'arrivage des ateliers, ces pièces uniques qui tournent dans le monde. Ce sont des bagues pour lesquelles il faut compter un an de fabrication.

Est-ce important cette présence à la Biennale des Antiquaires ?

Oui, chaque année la Biennale des antiquaires invite un nouveau joaillier, c'est donc devenu un salon important pour la joaillerie où l'on retrouve tous nos clients, amateurs de pièces uniques. Mais la Biennale ouvre aussi à un autre public.

Propos recueillis par Paquita Paquin

À ne pas rater