Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Rodarte, origine d'un conte moderne

Guest stars chez Colette lors de la dernière fashion week parisienne, les soeurs Mulleavy viennent de signer une collection capsule pour le géant de la mode américaine Target et présenteront bientôt leur première "fashion installation" baptisée "Quicktake Rodarte", en janvier prochain au National Design Museum de New-York. Nouvelles coqueluches de la mode, le nom des filles Mulleavy collent à toutes les lèvres et leurs créations se pavanent sur le red carpet. Petite histoire "modesque" pour tout savoir sur Rodarte et briller lors de vos dîners en ville.

 

Le Pitch ?

L'histoire est adorable, belle comme on aime se les imaginer. Elevées près de la plage de Santa Cruz en Californie, Kate et Laura Mulleavy, fraîchement diplômées d'Histoire de l'Art et de Littérature à Berkeley, ont quitté le quartier prospère de Pasadena pour tenter leur chance à New-York. Nous sommes en 2005, les deux soeurs débarquent dans la grosse pomme, à peine flanquées d'une dizaine de pièces de leur création et de l'espoir plein les poches. Elles lancent leur propre ligne de mode, Rodarte, du nom de jeune fille de leur maman et de décident de se faire connaître.

"Ces filles sont très culottées, elles savent qu'elles font quelques chose de différent et ne se laissent pas intimider par le vernis du monde de la mode. Pour leur toutes premières collections, elles se sont directement adressées aux rédactrices de mode et ont réussi à se faire remarquer. C'est assez inouï...", confie Anne-Céline Jaeger, auteur de La mode par ceux qui la font.

Talentueuses et tenaces, elles imposent leur univers décalé, séduisent vite les acheteurs, ne tardent pas à faire la une du Women's Wear Daily et décrochent un rendez-vous avec la papesse du Vogue US, Anna Wintour .... C'est ainsi que commence le conte moderne de ces deux novices.

Leur univers

La démarche est résolument arty, le style sophistiqué et décalé.

"Leur univers est à la fois sombre et drôle, touchant et émouvant, ironique et ludique", affirme Sarah Lerfel, cofondatrice avec sa mère, Colette Lerfel, du célèbre concept-store éponyme et admiratrice de Rodarte depuis la première heure.

Non-conformistes, Kate et Laura Mulleavy ont estampillé leur griffe de leur personnalité extravagante, aussi trash que romantique, et ont relevé l'incroyable défi fashion de faire du grunge une source d'inspiration chic. Leur dada ? Le travail des matières, leur détournement : elles mêlent sans pudeur le macramé, le tricot, le crochet mais aussi la soie et la dentelle, dans un ravissant mix and match de rock couture. Et puisent leur source d'inspiration dans l'inépuisable berceau de l'art, font référence à leurs artistes favoris, au cinéma ou à l'architecture.

"La manière qu'elles ont d'envisager leurs collections est fascinante et presque conceptuelle. Elles mènent une vraie réflexion sur leur mode de vie, leurs créations, confirme Anne-Céline Jaeger. Elles s'entourent d'écrivains, de cinéastes, de nombreux artistes qui ne sont pas directement en lien avec la mode. Et, explorent à fond les thèmes qui les passionnent : les films, l'art, la photographie. Le monde dans lequel elles vivent a une grande influence sur leurs créations qui sont à leur image, magnifiques et en dehors du temps."

On se souvient en effet des silhouettes futuristes de leur collection Automne-Hiver 2009, inspirée du travail de l'artiste Olafur Eliasson. Les créatrices aussi ont passé leur année à dévorer des films d'horreur pour leur dernière collection, plutôt dark et baroque avec ses dentelles, mousselines et longues toilettes rétro. Une atmosphère décalée, un brin gothique, rythmée de tatouages tribaux et teintée de S-F.

Une Sucess Story

En cinq ans à peine, le style de Kate et Laura Mulleavy a séduit le petit monde de la mode pour figurer en première ligne de la jeune garde américaine. Récompensées "designer de l'année" par le prix CFDA en 2009 et par le Swarovski Award l'année précédente, les créatrices ont signé une collection capsule pour la marque de sportswear américaine Gap . Les collaborations prestigieuses s'enchaînent puisque Rodarte vient de créer une ligne à bas prix pour le géant américain Target , nourrie de petites robes en tulle rose, d'imprimés léopard, de dentelles, de sequins et de noeuds papillons (en vente le 21 décembre), ainsi qu'une ligne de ballerines marbrées Repetto , en exclusivité chez Colette. Car, signe que la griffe a conquit le coeur des parisiennes, elle faisait l'événement une bonne partie de l'automne dans de temple de la hype parisienne.

"Depuis leur premier défilé et ma première rencontre avec Kate et Laura, c'est un vrai coup de coeur, confie Sarah Lerfel. Nous adorons leur univers si particulier, et nous avons souhaité présenter les origines de leur travail via les inspirations, les artistes qu'elles aiment. Nous sommes séduits par leur grande sensibilité et leur technique pour réaliser des vêtements uniques..".

Curatrices éphémères, Kate et Laura Mulleavy ont donc investi les vitrines et la galerie du concept store pour y présenter leur nouvelle collection et une exposition réunissant les oeuvres d'artistes de la culture pop comme Kim Gordon des Sonic Youth.

Leurs fans...

A l'heure de la folie people, la notoriété d'une marque se mesure aussi à l'importance de son exposition sous les flashs du red carpet, surtout quand on vient de L.A... Et nombreuses sont les stars qui ont succombé au style des soeurs Mulleavy. Parmi les plus accros, on compte la délicate Kirsten Duns t, mais aussi Cate Blanchett , Natalie Portman , Keira Knightley . Et, chic suprême, c'est dans une robe griffée Rodarte que Michelle Obama a accueilli la reine Rania de Jordanie dans le bureau Ovale de la Maison Blanche au printemps dernier.

Marie Varroud-Vial

À ne pas rater
À découvrir