Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Lemlem : marque éthique chic de Liya Kebede

On ne présente plus Liya Kebede, mannequin éthiopien connu dans le monde entier. Née à Addis-Abeba le 31 janvier 1978 et découverte par un Français, Liya est l'un des rares tops noirs à avoir fait plusieurs fois la couverture du Vogue US. Comble de la consécration, Carine Roitfeld lui consacre un numéro entier il y a huit ans et Estée Lauder lui propose un contrat beauté exclusif. Son talent ne se limite d'ailleurs pas au petit monde de la mode et sa prestation d'actrice dans " Fleur du Désert " de Sherry Hormann est saluée par la critique.

 

Liya Kebede est un top engagé qui veut promouvoir sa culture d'origine et favoriser le développement commercial de son pays. Elle lance Lemlem en 2007, une ligne de prêt-à-porter pour femmes et enfants fabriquée à Addis-Abeba. Succès immédiat, la marque se développe pour offrir accessoires, sacs et écharpes. Les magasins Barneys à New York et net-a-porter.com passent rapidement commande. Faites exclusivement en coton tissé main, les créations Lemlem sont légères, faciles à vivre et ultra confortables. Des motifs géométriques et des rayures joyeuses viennent décorer les robes, vestes, tuniques et paréos blancs de la collection.

Elle trouve un partenaire idéal dans la personne de Jacques Dubois, Français installé en Ethiopie depuis plus de 40 ans et spécialiste de l'artisanat local. Sa rencontre avec Liya est le fruit du hasard : " Après la naissance de son fils et de sa fille, elle a eu l'idée d'une ligne de vêtements pour enfants et cherchait quelqu'un pour la réaliser. Elle s'est adressée à nous et a vite constaté qu'elle obtenait les meilleurs résultats. " Dubois connait la culture et l'histoire du pays sur le bout des doigts et sa société -Muya Ethiopia- fait découvrir les productions locales à une clientèle internationale : " Il faut savoir que les artisans ne sont absolument pas considérés en Ethiopie. Ils sont d'ailleurs situés au bas de l'échelle sociale. Quand je suis arrivé ici, le concept de design n'existait même pas. Il y avait des techniques extraordinaires, mais rien n'avait bougé depuis des siècles. Il fallait donc remettre tout ça au goût du jour. "

Grâce à Lemlem, Dubois peut maintenant former de nouveaux artisans, leur donner d'excellentes conditions de travail et préserver un savoir-faire qui risquait l'extinction : " La demande pour Lemlem ne cesse d'augmenter et nous allons devoir accroître notre force de travail de 200% pour y faire face. Notre mission n'est pas seulement de créer de l'emploi, mais aussi d'éduquer les artisans et de changer leur image dans la société. " Avec le développement du bio et du commerce équitable, la collection a donc de beaux jours devant elle. Comme quoi beauté, artisanat et éthique font souvent bon ménage.

 

Philippe Pourhashemi

À ne pas rater