Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

"Haute Suture : La Couture du Visage" par Olivier Saillard - épisode 3

Modèle N°3 : mise en bouche sur mesure. Modèle emprunté à Delphine Seyrig.
Modèle N°3 : mise en bouche sur mesure. Modèle emprunté à Delphine Seyrig.

Le feuilleton du Carnaval

La dernière performance d'Olivier Saillard

"Oh Tempes, suspends ton vol " a eu lieu pendant les derniers défilés de Haute Couture. Accompagné de sa complice Violetta Sanchez, le nouveau conservateur du Musée Galliera s'est livré à un exercice un peu éloigné de ses dernières performances. Car, pour une fois, ce n'est ni la couture, ni le milieu de la mode qu'il a eu en ligne de mire, il a préféré se livrer à une démonstration hilarante ayant pour thème La Haute Suture - et pour exergue " Oh tempes, suspends ton vol ". L'occasion pour lui de disséquer la chirurgie esthétique, telle qu'elle se pratique dans les milieux de la représentation. C'est fait avec bon sens et férocité.

Un thème qu'on aurait, nous aussi, adoré embrasser mais avant même que nous nous y attelions, Olivier Saillard a épuisé le sujet avec son humour ravageur et implacable.

 

Paquita Paquin

 

 

Modèle N°3 : mise en bouche sur mesure. Modèle emprunté à Delphine Seyrig.

 

"Face aux catastrophes humanitaires des bouches outlets de grande diffusion,

aux bouches B quand elles ne sont pas Q,

deux lèvres minces de feutrine, dessinées en toit de chalet suisse très propre,

vendues portes ouvertes,

expirant sans cesse ces vers de Radiguet :

"Quand je suis au bord de la mer,

Afin de rester toujours jeune,

Comme Aphrodite je déjeune,

de soleil et de lune dîne."

 

Modèle N°4 : bouche d'appartement.

 

"Illustrant le principe de Cristobal Balenciaga,

selon lequel "une femme chic a toujours l'air désagréable",

modèle N°8, de Delphyne Seyrig encore,

version bouche close,

défenestrée du film de William Klein.

Proposée avec "le creux pathétique" mille neuf cent trente,

rendu notoire par Marlène Dietrich,

obtenu par extraction des molaires,

lesquelles sont éventuellement recyclables en boutons Schiaparelli.

Sans mot dire, à l'issu de l'intervention,

vous cicatriserez en lisant pieusement La Femme de 30 ans de Balzac,

et ne sourirez plus que crispée."

Olivier Saillard

À ne pas rater