Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Valentino : coquillets et picots

Valentino : coquillets et picots

Les images des films du cinéaste alternatif américain Kenneth Anger servaient en multiples projections de décor au défilé Valentino. Dès l'accueil, on comprenait bien qu'il s'agissait de radicaliser le propos de la Maison pour lui donner un " twist " plus contemporain avec ces images subversives. La collection elle-même parlait moins de danger, elle le sertissait plutôt à l'intérieur de celles qui portaient ces pièces exceptionnellement réalisées dans une nouvelle épure pour la griffe romaine.

Pier Paolo Piccioli et Maria Grazia Chiuri connaissent bien l'ADN de la Maison Valentino. Maîtrisant le vocabulaire de la dentelle et des volants du Maestro par coeur, ils l'essentialisent dans un discours plus actuel, tout en demeurant fidèle au luxe extrême, cher à la riche clientèle de la marque. Qu'est-ce à dire ? Prenez les souliers : la sandale comme la salomé à talon raisonnable ou la ballerine de la saison sont bien dans les formes, les lignes, des volumes Valentino, réalisés avec le soin incomparable du luxe et avec la belle main italienne. Néanmoins, quelques rangées de pyramide, picots de métal, viennent les rendre un brin plus agressives. Pour les vêtements, dans des matières irréprochables, les designers sculptent leurs volumes de bandes découpées en trois vagues minimalistes, ou laissent simplement leurs coquillets s'enrouler autour du cou avant de retomber en asymétrie, comme naturellement, de part et d'autre de la veste.

On devine que de nouvelles clientes pourraient adopter ces tenues Valentino qui n'ont rien de suranné. Les dentelles sur les tops sont interprétées comme autant de tatouages délicats sur tissus transparents. La fragilité et la douceur féminines sont à l'honneur dans ces pièces où se mêlent mousseline et cuir fin en larges incrustations de volants. Le rouge Valentino est de retour dans des robes et jupes aux formes plus organiques. Les décors en bandes horizontales satisferont la clientèle plus traditionnelle de la Maison. Mais l'équilibre du renouveau fait davantage que se chercher dans l'ensemble de cette troisième collection de prêt-à-porter du jeune duo, il commence à se trouver dans un juste rapport entre tradition et innovation.

 

Jean-Paul Cauvin

 

Retrouvez toutes les photos du défilé sur Puretrend.

À ne pas rater