Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Jean Paul Gaultier

Défilé Jean Paul GaultierParis Automne-Hiver 2014
Défilé Jean Paul Gaultier Paris Automne-Hiver 2014

Foxy ladies chez Jean Paul Gaultier

Cela faisait longtemps qu'on n'avait pas vu un défilé Jean Paul Gaultier salle Wagram. Si on revient quelques décennies en arrière, c'est à cet endroit même qu'on a pu faire connaissance avec les créations les plus pointues de l'enfant terrible de la mode, avec sa gamme de couleurs en demi-teinte, ses audaces en mode masculine, c'est Salle Wagram qu'on a assisté à l'élaboration de ses codes.

Donc oui, l'endroit idéal pour sortir de chez soi, avec une invitation rhodoïd qui représente le nouveau logo très graphique Jean Paul Gaultier, en orange, jaune et noir faisant référence aux ombres chinoises des vitrines de maisons closes. Ce sera le décor peint du défilé, comme ce fut le décor live de ses propres shows, lorsque les mannequins montaient se changer sur un échafaudage aménagé sur la scène de la maison rue Saint Martin. On retrouvera ce logo imprimé sur des mousselines ou sur la soie et agrandi sur la fourrure.

La fourrure est à l'honneur cette saison, traitée en patchwork jusque sur les jambes d'un pantalon le renard, le mouton frisé, le vison, la chèvre le singe et le lapin. Plus subtilement, un long manteau noir parvient à mêler toutes ces fourrures sans que l'on sente jamais le passage de l'une à l'autre.

Ce sera également le traitement patchwork de la coiffure par Danièle Gilbert qui pose au sommet de la tête un postiche court toujours d'une couleur qui contraste systématiquement avec celle des vrais cheveux.

Ce podium verra également défiler tous les classiques et pas mal de trouvailles de Gaultier : le trench bien sûr, beige avec ses attaches en cuir noir, les gants étole à une seule manche, les chasubles droites à col dégueulant, la canadienne, le tweed qui dessine un visage, les rayures noires et blanches d'une marinière tricotée main, le perfecto frangé, le long manteau peignoir à capuche, celui de la concierge celle qui était dans l'escalier lors d'un fameux défilé dans ce même endroit.

Mais la fourrure et l'histoire ne suffisent pas résumer le défilé, ce serait sans compter avec les tailleurs en cuir ou en loden cloutés ou pressionnés à aménager soi-même présentés en préambule, casaques anatomiques suivant au plus près la morphologie du corps féminin.

Paquita Paquin

À ne pas rater
À découvrir