Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Collection Resort 2012 : Erdem



Les pré-collections de l'été 2012
Resort 2012 : Erdem
Les pré-collections de l'été 2012 Resort 2012 : Erdem

Un hommage aux brunes, aux incendiaires héroïnes glacées de Hitchcock comme Tippi Hedren, Eva Marie Saint ou plus subtilement à Romy Schneider, l'étrange Sissi de Visconti dans Ludwig... Erdem, jeune recrue américaine, et disons-le soutenu fidèlement par Anna Wintour a pris le mannequin Guinevere Van Seenus pour cet hommage à la brunette. Mais son look-book de la Resort 2012 ressemble étrangement aux images très nineties des premiers catalogues de Jil Sander réalisées par David Sims où déjà ce mannequin posé. Les références s'arrêtent là. Le pré-été 2012 d'Erdem garde la pose classique et distribue une nouvelle manière d'apprécier le classicisme d'une robe près du coprs avec imprimé fleuri. Pour être franc, rien de très nouveau sous le soleil, mais Erdem a l'avantage de son jeune âge, de recontextualiser cet apparat de la petite robe où l'imprimé devient jungle urbaine, se transforme en motif plus abstrait aussi. La mesure d'une nouvelle jeunesse pas frileuse de retrouver des bases d'une robe droite sans fioritures techniques avec une matière, un imprimé, une coupe par pièce. Un quasi-exploit en somme. La Resort 2012 semble un peu souffrir d'une originalité dans la fraîcheur de sa proposition mais il ne faut pas oublier que ce type de collections est faite pour être aguicheuse avec de plus grandes visées commerciales que le grand défilé.

Chez Erdem, il y a donc la simplicité d'un imprimé fleuri, la présence d'un pied de poule qui se décline en robe ou s'empare du haut d'un trench d'une belle manufacture. Œuvrant pour l'intemporalité, ces robes pourraient tout aussi bien traverser les salles d'un musée d'Art Moderne que d'Art Contemporain sans que l'on remarque le travail déformant des saisons. Une visée assez originale puisque qu'atypique dans la démonstration d'un savoir-faire qui se raisonne de lui-même. Les tops sont délicatement incrustés de dentelles bleu marine, les robes imprimées ne supportent qu'une seule contorsion de drapé. Erdem parle directement à des femmes qu'il semble déjà bien connaître : l'offre comble la demande.

 

À ne pas rater