Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Christian Dior

Défilé Christian DiorParis Automne-Hiver 2014
Défilé Christian Dior Paris Automne-Hiver 2014

Dior : Les choix poétiques et surprenants de Raf Simons

Le second prêt-à-porter Dior signé Raf Simons reste un moment particulièrement excitant au cours duquel le designer anversois se livre à des gestes inattendus qui tentent de faire entrer Dior dans le 21e siècle - c'était son engagement - mais en même temps il garde une réelle proximité avec les thèmes d'inspiration du couturier qui prouve sa rapide compréhension et la maestria de son propre tour de main couture. Surprenante, la façon dont il assimile et fait sien le volume tulipe qu'il nous sert d'entrée avec une robe bustier blanche et plus généreusement encore avec une jupe noire dont le top n'est qu'une longue collerette de satin duchesse ivoire décalée sur l'épaule..

Quand à ce qu'il tente : faire entrer Andy Warhol dans le prêt-à-porter Dior, c'est tout simplement réjouissant. Non pas le Andy Warhol des lithographies ou des soupes Campbell, mais celui moins connu des délicats dessins de mode de ses premiers scrapbooks, que Raf Simons jette, ça et là sur les robes. Il choisit même, lorsqu'il s'agit de motifs sophistiqués, comme les dessins de souliers imprimés libellule (qui, entre parenthèses, pourraient bien être des créations-maison de Roger Vivier) de les rebroder en relief. Des libellules bleues s'envolent du dessin. De Roger Vivier, le grand chausseur de Dior, Raf Simons a retenu cette saison, le talon virgule. C'est celui des escarpins et des bottes de satin noir.

Le détournement de certains code maison comme ces reprises du pied de poule et des côtes tricotées noir et blanc dont Raf Simons retient le coté purement graphique et optique les confrontant à des échelles différentes, m'intéresse moins. Ce n'est pas là contrairement aux apparences que réside l'habilité du designer anversois à "refurbish" la marque, mais plutôt avec ce tailleur pantalon bar en denim charbon dont la basque semble à tout jamais débarrassée des habituelles prothèses de hanche, ou encore, dans l'affrontement entre raideur et souplesse sur ces robes de cocktail dansantes ou de petit dîner en flanelle grise et mousseline ou satin noir.

Paquita Paquin

À ne pas rater