Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Mugler

Mugler, jeu de volumes

Ryuichi Sakamoto a offert quelques-unes de ses envolées pianistiques répétitives pour le défilé Mugler. Remixées par Michel Gaubert, elles dictent une bande-son calmée.

C'est sans doute la première collection de Sébastien Peigné et Nicola Formichetti sous cette griffe qui soit autant inspirée du vocabulaire mis en place dans les années 80 par Thierry Mugler.

" La femme va pouvoir piquer, mordre ou griffer cette saison ", expliquent-ils. Effectivement, les silhouettes font directement référence à la collection insecte avec ses abdomens en basques bombées et vernies et ses élytres en capuches asymétriques transparentes. Mais loin de prendre appui sur un corps sculptural, les volumes, posés cette fois sur des femmes longilignes et étriquées, se vident de leur sens, comme s'il n'y avait pas de hanche sous les basques, ni d'épaule sous les paddings.

Et si c'était justement cette projection de volumes très architecturés dans le vide et l'abstraction qui intéressait le jeune designer ? Puisqu'à ces constructions, il ajoute un parti pris de légèreté, faisant jouer les pleins sur les vides allant presque jusqu'à masquer derrière un rideau de franges épaisses la totalité de ses tailleurs.

Un groupe de trois femmes vêtues de pantalons et tuniques, monochromes rouge, blanc, noir avancent comme des robots accentuant cette volonté de désincarnation.


Paquita Paquin
À ne pas rater
À découvrir