Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Louis Vuitton

Défilé Louis VuittonParis Automne-Hiver 2011
Défilé Louis Vuitton Paris Automne-Hiver 2011

Malletier de nuit

Soigneusement époussetées par des soubrettes, une volée de marches nous conduit dans un vaste hall d'hôtel, au sol marqueté de marbre noir, desservi par quatre ascenseurs à claire-voie, qui ne cesseront de monter et descendre, des liftiers en tenue libérant les mannequins de leur cage de fer forgé. Une installation de folie, trois mètres au-dessus du sol de la cour carrée du Louvre.

Première tenue, première casquette à visière de cuir, nous savons que nous aurons affaire à une évocation du film Portier de nuit et Marc Jacobs tiendra son sujet tout du long, traduisant l'esprit trouble et sensuel du film, par des jupes ou des jodhpurs en organza noir, entièrement transparents, sur des culottes noires. De nombreuses tenues se résument à des bodys, comme ce bodyshort en tweed marine, col claudine. Les cols blancs, les plastrons, les poignets véritables ou amovibles sont de toutes les tenues. Les couleurs font référence aux uniformes de l'armée allemande de la dernière guerre. Des trenchcoat en vinyle kaki, noirs ou bordeaux sont les interprétations fashion de la capote en cuir de la Gestapo. Comme on avait pu le remarquer, lors des diverses évocations des années 40 ou 50 qui ont ponctué son parcours, Marc Jacobs, lorsqu'il remonte le temps, a besoin de marquer ses distances, en forçant le trait. Le rétro, chez lui, se doit d'être "obviously" rétro, légèrement caricatural. Alors les décolletés drapés se font compliqués, les pinces très voyantes, les manches tulipes sont exagérement soufflées. L'imprimé semis des robes en crêpe est transposé ici, en noir et blanc, agrandi et souligné de paillettes. Comme lors de la collection rétro 40 d'Yves Saint Laurent, en 1972, les manteaux et les vestes en fourrure, sans col, marquent l'époque. Une époque qui prêtera toujours aux femmes un côté insolent et rebelle, qu'incarne parfaitement Kate Moss, au final, la cigarette à la main, en ensemble noir : veste, col claudine, en guipure et culotte.

Paquita Paquin

À ne pas rater