Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Catherine Deneuve, son évolution beauté

1961, Catherine passe au blond qui fera sa renommée. Une frange portée sur le côté et quelques mèches s'échappent de son chignon haut, totalement glamour.
1961, Catherine passe au blond qui fera sa renommée. Une frange portée sur le côté et quelques mèches s'échappent de son chignon haut, totalement glamour.

Si le cinéma français de ses 50 dernières années ne devait être symbolisé que part une seule femme, ce serait sans hésitation, Catherine Deneuve.

A l'affiche du dernier film de François Ozon, Potiche, notre Deneuve nationale incarne un personnage à la fois soumis et candide, supporté par de grand pshiit de laque Elnett. Une coiffure soufflée qui joue les seconds rôle dans ce remake cinématographique d'une pièce de boulevard.

Son emblématique crinière épaisse et pleine de volume composée d'un savant mélange de plusieurs teintes de blonds est à jamais liée à l'image de l'actrice. Pourtant c'est avec un carré brun qu'on découvre le minois de la belle en 1956 dans Les Collégiennes.

Elle se tourne néanmoins très vite sur ce blond emblématique, le "Blond Deneuve" qu'elle qualifie elle même de "doux, lumineux, flatteur, seyant" dans une interview au magazine Elle en 1994, et adopte un carré mi-long créé par Maria Carita à l'époque des Parapluies de Cherbourg.

Si sa crinière ensoleillée est emblématique, elle lui fait tout de même quelques infidélités en osant le blond vénitien ou le blond roux.

Mais plus que ses choix stylistiques c'est le beauty look de l'icône qui continue de marquer les esprits. Sa beauté froide lui permet de jouer autant les ingénues dans Les Demoiselles de Rochefort que les schizophrènes dans Répulsion, avec autant de talent.

Entre admiration d'une carrière exemplaire et nostalgie des années yéyé, celle qui fut la révélation de l'année 1964, continue de fasciner.


De son carré brun espiègle à son blond structuré et sophistiqué d'aujourd'hui découvrez l'évolution coiffure d'une beauté froide à la française...

Marie Bresson-Mignot

À ne pas rater