Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Tutos beauté : Pourquoi ça marche (même quand c'est moche) ?

Elles sont partout sur le net, ces vidéos/mode d'emploi où des femmes, jeunes ou pas, s'exposent et expliquent comment réussir un smoky eye ou copier le dernier make-up de Lady Gaga. Ces "expertes" ont leurs chaînes sur Youtube et des milliers d'abonnés. Comment expliquer cet engouement pour ces apprentis maquilleuses, plus influentes que les tutos de pro ?

Fin des années 2000, avec l'essor des blogs, un phénomène apparaît, celui du tutoriel beauté. Cadrage approximatif, buanderie ou cuisine comme décor, son doublé d'écho, les débuts sont balbutiants, le succès immédiat. Très vite, les "vloggeuses" (contraction de bloggeuses et de vidéo) étendent leur influence sur la toile. Elles créent leur chaîne sur Youtube, voient le nombre des abonnés augmenter de jour en jour et les vidéos buzzer.

La tendance des tutoriels beauté ne vient pas de chez nous, mais des Etats-Unis. Là-bas, certaines vloggeuses font office de gourous, à l'image de Michelle Phan, 25 ans, qui poste depuis 2006 des vidéos (elle en a déjà réalisé plus de 200). Avec ses plus de 2 millions d'abonnés, la jeune américano-vietnamienne est devenue une star du net. Depuis, elle a été embauchée chez Lancôme comme maquilleuse officielle. Comme quoi, les success story existent au pays des vloggeuses.

Alors, à quoi ça ressemble, un tuto beauté ? Fait par Michelle Phan, la vidéo est de niveau pro, tant du côté du montage que du maquillage réalisé. D'autres affichent (presque) la même qualité, mais force est de constater qu'une bonne partie des tutoriels sont amateurs. Surtout, tout le monde se pique de l'envie de devenir experte en maquillage et se lance dans l'aventure. Ce qui donne parfois des vidéos étonnantes, comme celle où Cassandra Bankson, une jeune américaine victime d'une acné violente, dévoile ses astuces pour camoufler boutons et rougeurs. Ou la vidéo de Madisson, 5 ans, qui donne ses conseils beauté. Le propos peut prêter à rire mais la vidéo a atteint le million de vues. Quand même. Dernière vloggeuse a avoir créé le buzz, la jeune Talia Joy Castellano, 12 ans, atteinte d'un cancer. Sa chaîne affiche 100 000 abonnés depuis cet été.

Reste à comprendre les racines d'un tel engouement. Face aux tutos de pros, les vloggeuses semblent avoir une longueur d'avance, malgré un contenu souvent de moins bonne qualité. L'explication tient sans doute dans la proximité que ces apprentis make-up artists entretiennent avec leur communauté. Commentaires, vidéos réalisées à la demande, gestes simplifiés, c'est la règle du " Si elle peut le faire, je peux aussi ". La vloggeuse est une fille comme les autres, elle utilise des produits de beauté plus ou moins chic, rate parfois, explique. Surtout, elle nous fait rentrer chez elle, dans sa chambre ou son salon, donnant à voir une part d'intime qui attire toujours la pointe de voyeurisme qui existe en chacun de nous. Face à l'experte un brin distante, appartenant au monde des backstages, la vloggeuse est plus accessible, c'est une copine avec ses qualités et ses défauts dont on suit les expériences, en quête d'inspiration.

Découvrez les vidéos de Michelle Phan sur sa chaîne Youtube, pour des conseils de pro.

C.B.

À ne pas rater