Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Les princesses Disney, entre mensurations impossibles et stéréotypes

Entre Barbie et les princesses Disney, les héroïnes de notre enfance ont la vie dure. Mensurations surréalistes, visages stéréotypés, ces silhouettes iconiques sont aujourd'hui décryptées dans les moindres détails. Le but : mieux se rendre compte de l'influence néfaste de ces modèles totalement chimériques sur notre perception du corps et de l'idéal de beauté.

Rares sont les enfants, filles comme garçons, à avoir échappé à la déferlante Disney. "Aladdin", "La Belle et la Bête" (bientôt incarnée par Léa Seydoux), "Blanche Neige", autant de films qui auront marqué notre enfance. Et autant de personnages féminins qui ont, tout comme Barbie, façonné notre perception de la beauté. Bien sûr, ces histoires là, adaptées pour la plupart des contes de Grimm, ont surtout vocation à nous divertir et à nous faire rêver. Mais elles ne sont pas sans conséquence, surtout si elles mettent uniquement en scènes des jeunes femmes à la taille de guêpe et aux jambes démesurées.

Ces corps fantasmés, la jeune Meredith Viguet les a décryptés dans des tutoriaux. Apprentie-artiste, elle a rédigé à 15 ans un petit guide pour reproduire soi-même sur papier ces silhouettes de sylphides tant vues sur les écrans. Et ses commentaires sont intéressants. En comparant le corps de Jasmine à celui d'une jeune femme lambda, elle met en évidence la taille de la tête, pas plus grande que celle d'un enfant, le cou très élancé, la taille fine mais bien marquée, l'absence de muscles dans les cuisses, presque atrophiées, et les pieds minuscules qui ne pourraient pas soutenir une telle silhouette.

Tout comme chez Barbie, les jambes sont ultra-fines et disproportionnées, le tout donne un corps irréel. Et alors ? On pourrait se dire que Disney n'a pas vocation à montrer la réalité. Sans oublier que les histoires baignent souvent dans la magie. Oui, mais offrir comme seule image d'héroïne un tel physique a bien sûr un impact. Et si au fil des films, les personnages féminins ont gagné en caractère et en indépendance (on pourrait ainsi opposer Blanche Neige ou la Belle au Bois Dormant, des personnages passifs, à Mulan ou Mérida ("Rebelle"), figures de combattantes), leur physique n'a guère changé.

Meredith Viguet souligne aussi les stéréotypes qui se dégagent des visages. Grands yeux ronds d'enfant, pour adoucir les traits, et surtout, les mêmes détails "exotiques" pour tous les personnages étrangers.

Le but de la dessinatrice n'est pas de s'en prendre à Disney, qui est un marchand de rêves. Mais aujourd'hui, on peut légitimement se demander si les contes de fées ne pourraient pas un peu plus s'inspirer du réel, et créer des héroïnes au corps moins fantasmés auxquels les petites filles pourraient vraiment s'identifier, et nous aussi.

Découvrez en images les silhouettes des héroïnes Disney décryptées sur Puretrend.

Retrouvez aussi les coiffures des héroïnes de Disney et les coulisses de la création de la coiffure de la Fée Clochette.

Catherine Brezeky

À ne pas rater