Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

La vérité sur le burger

S'il fallait nommer un représentant de "l'industrie de la malbouffe", ce serait sans doute lui, le burger. Et pourtant, ce n'est pas l'ennemi que l'on croit. Détesté par certains, adulé par d'autres, il traîne une mauvaise réputation et pas mal de fausses idées. Défendrait-on le grand vilain burger ? Peut-être bien, mais pas n'importe lequel...

Il est loin le temps où le hamburger a été créé, à Hambourg, Allemagne. Devenu l'un des emblèmes de l'"American way of life", il a été au centre de bien des polémiques. Pour faire la lumière sur le burger, voyons point par point les 5 plus gros reproches qui lui sont faits.

- Le burger, c'est gras
Première attaque, le hamburger est selon les dires bourré de graisses. En réalité, tout dépend de quel burger on parle. Celui acheté au fast-food du coin ou fait maison ? Mettons qu'on soit addict au leader, Mc Donald's. À la carte, on trouve une large offre de sandwichs, plus ou moins gras. Ainsi, le hamburger classique contient 9 g de lipides, contre 37 pour le CBO (poulet croustillant, bacon et oignons frits). Neuf grammes de lipides, c'est juste un petit peu plus que ce que contient un steak haché 5% de MG de 100 g. Soit pas un drame. Bien sûr, si on opte pour la version la plus grasse, c'est plus ennuyeux. Un CBO contient à lui seul la moitié de la ration de graisses journalière recommandée.

- Le burger, c'est calorique
Qui dit produit gras dit effet sur la balance, et pour beaucoup, le hamburger fait grossir. On a envie de dire oui et non. Bien entendu, si on en mange tous les jours, il y a des chances que l'on prenne quelques kilos. Là encore, le nombre de calories dépend du burger choisi, et varie du simple au triple (255 calories pour un hamburger, jusqu'à 670 pour le CBO). Mais le véritable ennemi, c'est ce qui accompagne le burger. Car qui dit fast-food dit frites et soda. Et là, l'addition grimpe. Une portion de frites, c'est 235 calories, un coca (25 cl) 110. C'est là que le bât blesse vraiment, car, foi de nutritionniste, un hamburger simple représente un repas à peu près équilibré : des glucides avec le pain, des protéines dans le steak, une (petite) portion de légumes et pas trop de gras si on opte pour du ketchup ou de la moutarde. En réalité, un burger n'est pas si diabolique que ça.

- Un burger, ce n'est pas équilibré
C'est l'idée qui en découle logiquement, et pourtant, on l'a dit, bien choisi, un hamburger n'est pas si mauvais pour la ligne comme pour la santé. L'idée, c'est de se contenter d'un sandwich, avec un seul steak, pas trop de fromage (qui rajoute du gras), des légumes (tomate, salade, cornichon) et un pain de qualité. Et surtout d'éviter les accompagnements. En pratique, on zappe le soda contre de l'eau, ou à la rigueur un soda light, et on oublie les potatoes et les frites, choisissant une salade ou une portion de tomates cerises à la place. Et si on veut un dessert, on choisit des fruits.

- Un burger, ça ne cale pas
Oui mais voilà, un hamburger seul ne cale pas suffisamment, selon certains. Pire, un menu complet remplit sur le moment, mais la faim revient rapidement. Comment l'expliquer ? La raison, c'est que le burger contient peu ou pas de sucres lents et de fibres, du coup il rassasie moins qu'une assiette de pâtes. Pour y remédier, il faut jouer sur le pain. Le pain blanc contient du sucre, comme le pain de mie. L'idéal serait de le remplacer par du pain aux céréales ou complet. Et souvenez-vous que le sucre appelle le sucre, donc si vous buvez un soda, ne soyez pas étonné d'avoir envie d'un dessert ensuite.

- Le burger, c'est synonyme de fast-food
Quand on dit burger, on pense tout de suite au décor standardisé du fast-food et aux queues en caisse. C'est oublier que le burger connaît un buzz aux restaurants ! À Paris, des établissements se sont donnés une mission : redonner ses lettres de noblesse au burger. Breakfast in America, Le Camion qui Fume, PDG, et dernièrement Blend, "hamburger gourmet", qui confie ses viandes à Yves-Marie le Bourdonnec (LA star des bouchers) et s'enorgueillit de ses frites et pains faits maison. À la maison aussi, on peut se concocter un hamburger bon et sain. Les règles : choisir un pain de qualité, de préférence complet ou aux céréales, opter pour un steak 5% de MG, oublier la mayo, garnir de légumes frais et avoir la main légère sur le fromage. Et pas de frites !

En résumé, oui, un burger peut être gras et mieux vaut en consommer avec modération, comme tous les petits plaisirs. Mais fait maison ou choisi à la carte d'un bon restaurant, il peut tout à fait s'inscrire dans une alimentation équilibrée. "Ouf", on vous a entendu.

Catherine Brezeky

À ne pas rater