Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

La beauty intrépide : j'ai testé le patch zèbre pour les lèvres

Quitte à tenter le lip smaking, autant jouer le jeu à fond avec un motif zèbre.
Quitte à tenter le lip smaking, autant jouer le jeu à fond avec un motif zèbre.

C'est décidé, en tant que rédactrice beauté, je dois tester les nouveautés un peu farfelues qui fleurissent dans mon univers. Mon radar a flashé sur les patchs pour les lèvres. Curieuse, vraiment, je me suis demandée ce que cela pouvait donner dans la vraie vie. Sur Jessie J en concert, ça le fait, mais en open space chez Puretrend, qu'est-ce que cela donne ?

Première étape, appliquer le patch. Je vais aux toilettes discrètement pour me métamorphoser en zèbre. Notre premier contact semble difficile, mais je l'apprivoise assez facilement, en fait. Habituée des tatouages Malabar, c'est une formalité qui se règle en quelques minutes. Pendant une seconde, j'ai l'impression d'être Jessie J et je fredonne "It's not about the Babling babling". Le côté festif m'envahit, mais bon on est mercredi matin. Je prépare mon arrivée dans le bureau, je dois être naturelle malgré le fait que ma bouche se pare de rayures blanches et noires. Silence, "Tu testes enfin les patchs ?", puis des sourires. Les réactions ne se font pas attendre. Tout le monde y va de son petit mot "C'est cool", "c'est marrant". "On dirait que tes lèvres ont été brûlées aux barbecue" dixit le seul homme de la rédaction. Un peu calmée, j'explique aux autres qui sont un peu surprises. Ensuite, je me mets au travail normalement. Ma bouche semble un peu sèche donc je la soigne avec du baume à lèvres. Cela tient, c'est formidable.

Bientôt arrive un nouveau test pour mes petites lèvres imprimées : la pause cigarette. Quelques petits résidus se posent sur le filtre, mais il n'y a pas trop de perte à déplorer. Je remonte à mon bureau et c'est là que cela devient compliqué. Dès que je lève la tête de mon ordinateur, les gens rigolent. Le monde du travail n'est peut-être pas prêt à ce genre d'excentricité. Je sens que des petits bouts du patch se retirent petit à petit. Je fais une petite vérification dans le miroir avant le déjeuner. Le coeur de mes lèvres s'étiole. La sensation n'est pas agréable. Je suis à deux doigts de rendre les armes, mais je veux pousser le test dans la rue. À quoi ça sert d'avoir des lèvres zébrées si personne ne les voit ? Je n'abandonne pas.

Dehors, les gens ne me remarquent pas spécialement ou ils tournent le regard. La boulangère n'esquisse pas un sourire quand je lui commande mon sandwich. Son attitude rabat-joie me refroidit. Si je voyais une fille ainsi maquillée, cela me ferait au moins sourire. En plus de l'effet plombé, la sensation sur les lèvres est de pire en pire, j'ai l'impression d'avoir des petits bouts dans la bouche. Je décide d'abandonner l'expérience avant de croquer dans mon déjeuner. Une petite lingette démaquillante, un miroir improvisé dans la rue et, hop, je frotte. J'en ai jusque sur les dents, je ne comprends pas. Pour le côté glamour, on repassera ! Le patch s'enlève très bien sur les lèvres, mais pour les quelques millimètres qui ont débordé sur ma peau, c'est une autre affaire. Avec un peu plus de volonté, j'arrive à tout enlever. Je suis un peu déçue de ne pas avoir tenu la journée complète tant l'idée me plaisait.

Verdict : Les patchs c'est rigolo et décalé, oui, mais encore faut-il que le monde soit prêt pour ça. Mes conclusions sont donc qu'il vaut mieux les tester en soirée où là, cela aura son petit effet. Dans un endroit, où, dans l'idéal, il n'y a ni votre mec, ni votre cible, et encore moins vos amis moqueurs et obtus stylistiquement qui vont vous en parler pendant quelques temps. On garde des lingettes en cas d'accident de parcours comme moi. Peut-être est-ce le Labello qui l'a rendu trop gras ? D'autres qui les ont testé assurent qu'ils tiennent très bien.

Clémentine Santerre

À ne pas rater