Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Exclu : Julia Restoin Roitfeld nous parle beauté

Interview beauté de Julia Restoin Roitfeld.
Interview beauté de Julia Restoin Roitfeld.

Alors que certains enfants s'endormaient bercés par les contes des frères Grimm, Julia elle, s'assoupissait devant les shootings de maman. Un univers mode imaginaire où l'objectif de Mario Testino se transformait en soleil, et Stephanie Seymour en princesse... Julia a grandi et ces mêmes images de mode continuent à ponctuer sa vie d'adulte. Depuis Julia Restoin Roitfeld s'est fait un nom... Et une place sur les premiers rangs. Aujourd'hui, elle incarne la femme Lancôme du printemps. Une femme fatale des temps modernes...

Rencontre avec une fille qui ne veut pas se soumettre à l'appellation "fille de...".

 

Vous avez grandi dans le milieu de la mode et de la beauté. Quel regard portez-vous sur cet univers ?

Je n'ai pas l'impression d'être une " fashion victim ", mais j'ai tout de même développé un sens de l'esthétique. Être rigoureuse avec soi-même pour toujours essayer d'être impeccable. J'aime davantage le côté esthétique pur que le côté branché de cet univers.

 

Vous évoluez également dans le milieu de la mode aujourd'hui. Comment est-ce arrivé ? Est-ce que votre mère vous a sensibilisée à cet univers ?

Je pense que j'ai forcément été sensibilisée et quelque part façonnée par mon entourage, quand j'étais petite. Mon père travaille aussi dans la mode, ma mère est toujours sur des plateaux photos. J'ai toujours voulu faire quelque chose d'artistique et je pense que c'est venu naturellement.

 

Aujourd'hui, vous partagez votre vie et votre carrière entre le mannequinat et la direction artistique. Comment vous organisez-vous ? Parlez-nous de votre quotidien professionnel.

J'ai la chance de travailler en "freelance", à mon compte. Je peux donc planifier mon emploi du temps comme je le souhaite. Ça me donne beaucoup de flexibilité. Je peux voyager et avoir beaucoup de liberté. Je continuerais tant que j'aurais l'énergie pour le faire et que les gens me solliciteront.

Qu'est-ce qui vous plaît dans le mannequinat et dans la direction artistique ?

Dans le mannequinat, on apprend beaucoup. On voit comment d'autres directeurs artistiques travaillent, comment les photographes travaillent. On rencontre plein de gens. La mise en scène et le stylisme lors des shootings me plaisent aussi beaucoup. Dans la direction artistique, c'est également le côté créatif qui me plaît ; trouver des sources d'inspirations différentes, être toujours à la recherche de nouvelles choses...

D'où viennent vos inspirations, au-delà de la mode et de la beauté ?

Je ne m'inspire pas directement de la mode mais plutôt du cinéma et des différents films que je voie. Romy Schneider par exemple est l'une de mes icônes de beauté. Elle m'inspire beaucoup lors des shootings.

 

Vous avez travaillé avec beaucoup de grands photographes. Que vous ont-ils apporté personnellement ?

Ce que j'ai souvent remarqué lors des shootings, c'est que les gens se rencontrent pour la première fois le matin même, et deviennent, très vite, très intimes. On apprend à connaitre les gens rapidement. Des amitiés se créent. On apprend aussi beaucoup des photographes en les regardant travailler.

 

Vous êtes née et vous avez grandi à Paris. Maintenant vous vivez et travaillez à New-York. Pourquoi ce choix ?

J'avais envie de quitter la France pour voir quelque chose de nouveau. Quitter le milieu familial. J'ai toujours eu ce "rêve américain". Je trouve que New-York est le bon compromis entre l'Europe et l'Amérique. Il y avait aussi cette école d'art que je voulais faire, la PARSONS. Je suis allée là-bas pour étudier et j'y suis restée. Il y a un côté très addictif à New-York. Mais maintenant, je vis également un peu à Londres car mon petit ami habite là-bas. Je suis désormais partagée entre trois villes, Paris, Londres et New-York.

 

Vous avez étudié à la PARSONS School of Design. Qu'avez-vous appris là-bas ?

J'ai pris des cours de "design management". J'ai beaucoup aimé le côté international de cette école. Rencontrer des gens du monde entier. Je suis d'ailleurs toujours en contact avec des amis du Japon, de Norvège et de Suède. J'ai vraiment aimé cette ouverture culturelle. Même les professeurs venaient de pays différents. C'est également l'une des seules écoles d'art qui a un programme de business, tout en étant orientée vers l'art et la mode.

 

À votre avis, comment la mode et le maquillage sont-ils liés ?

Il y a toujours eu un lien entre le maquillage et la mode. Mais aujourd'hui, on remarque que les tendances maquillage sont de plus en plus inspirées par les grandes influences de la mode. Par exemple, la collection "Ultra Lavande" d'Aaron De Mey parle des années disco, des années 80 où il y avait un maquillage très spécifique. Je pense aussi que le maquillage est une mode en soi.

 

En maquillage ou en soin, quelles sont les gestes que vous faites régulièrement ?

J'essaye de faire des nettoyages de peau, une fois par mois si j'en ai le temps. J'utilise beaucoup de crème hydratante et très peu de fond de teint. J'ai toujours une règle : je choisis de me maquiller soit les yeux soit les lèvres, mais pas les deux en même temps. Mais il est vrai que c'est très rare que je sorte de chez moi sans maquillage, j'adore me maquiller ! Et bien sûr, le soir j'essaie toujours de me démaquiller, même si la fatigue se fait sentir.

 

Quel est donc le plus important pour vous ? Le maquillage des yeux ?

J'aime beaucoup les lèvres très rouges aussi. Quand j'ai moins de temps, l'application d'un rouge à lèvres très rouge est facile et donne tout de suite un côté habillé et glamour à mon look.

 

Quels sont vos ou votre secret de séduction ?

C'est difficile de répondre à cela. J'apprécie d'attirer un peu l'attention mais j'essaie de ne pas trop expérimenter. Je préfère savoir à l'avance ce qui me va. J'ai mes classiques. Il ne faut pas trop en faire.

 

Quel est le meilleur conseil de beauté qu'on vous ait donné ?

Les meilleurs conseils que j'ai reçus viennent de ma mère : ne pas épiler mes sourcils et essayer de me démaquiller tous les soirs. Ne pas mélanger le maquillage des lèvres et des yeux aussi.

 

Que pouvez-vous nous dire de la collection maquillage Spring 2011 d'Aaron De Mey, "Ultra Lavande", dont vous êtes l'égérie ?

Il y a un côté très frais, très jeune, joueur et joyeux dans cette collection que j'aime beaucoup. J'aime cette influence disco. J'aime beaucoup mettre du fard à paupières et je suis contente que cette collection mette l'accent dessus.

 

Cette collection est un clin d'oeil aux années disco. Que vous inspire cette période ?

Je n'ai pas connu cette époque, même si j'en ai quelques références. Mais je trouve qu'il y a un côté très glamour. Du fait que ce soit des couleurs un peu lavande, on peut aussi les porter en journée. C'est une nouvelle gamme disco qui n'est pas faite que pour sortir mais que l'on peut porter avec un jean et un t-shirt, quel que soit le moment de la journée.

 

Il y a aussi un aspect eco-friendly dans cette collection, avec des ingrédients d'origines naturelles. Que vous inspire cette tendance ?

Cela m'inspire justement cette idée de disco revisité avec les modes d'aujourd'hui, où chacun essaye de faire plus attention à l'environnement. Au-delà d'une tendance, c'est devenu une vraie préoccupation pour chacun et c'est très important que cela fasse également parti du rituel de beauté des femmes.

 

Êtes-vous particulièrement sensible à ce thème-là ?

J'essaie, comme tout le monde, de fermer l'eau quand je me brosse les dents et de trier mes déchets. C'est le minimum évidemment, mais nous avons tous conscience de l'importance de ces gestes, d'autant plus pour les gens de ma génération qui ont grandi avec ce souci de préserver le monde qui nous entoure.

 

Vous aviez déjà travaillé avec Aaron De Mey par le passé. Que pouvez-vous nous dire sur lui ?

Aaron est charmant et très talentueux. Il est tellement sympathique qu'on l'aime tout de suite ! On remarque immédiatement qu'il a fait une école d'art. Il travaille sur son modèle comme un peintre sur sa toile. J'adore l'idée de surprise aussi : on a aucune idée du résultat que l'on va obtenir avant qu'il ait fini. C'est un vrai artiste.

Nous avons trois produits stars dans cette collection. Le "French Touch Absolu" inspiré d'un produit du patrimoine Lancôme, "L'Ombre Minérale" et la "Palette Rose Butterfly" avec le petit noeud et le papillon.

Que pensez-vous de ces produits ?

J'aime beaucoup le côté lumineux et glamour du blush. C'est un mélange assez inattendu. J'adore la couleur lavande pour les ongles. Cela va à tout le monde. J'adore également le rouge à lèvres. On a l'impression d'avoir croqué des fruits !

 

Parlons maintenant du shooting de la campagne. Aviez-vous déjà travaillé avec Mario Testino avant ?

J'ai commencé à travailler avec lui lorsque j'avais 7-8 ans. Je m'endormais tout le temps sur le plateau de shooting ! Mario a rencontré ma mère quand elle est venue me chercher et ce fut le début d'une grande histoire d'amour professionnelle entre eux. Je n'avais pas retravaillé avec Mario depuis cette époque. La veille du shooting, je lui ai envoyé un texto pour lui dire que j'étais heureuse de retravailler avec lui 20 ans après. J'étais très excitée.

 

Comment s'est passée cette journée de shooting ?

Pour moi, c'était avant tout une journée de princesse : avoir autant de personnes pour s'occuper de vous, pour vous faire belle ! J'étais un peu nerveuse car je voulais être au top pour ce jour important. C'est tellement flatteur de faire partie de l'image de Lancôme. En tant que française, c'est pour moi la marque de l'émotion, de l'amour, de l'authenticité qui sublime les femmes. Ce fut une superbe journée qui restera gravée dans ma mémoire.

 

Que vous a demandé Mario lorsque vous êtes arrivée sur le set ?

Il m'a très bien dirigée. Je ne savais pas qu'il voulait que je sourie et d'un seul coup, j'ai du sourire, sans le faire exprès. C'est finalement cette photo qui est devenue sa préférée. Ce que j'aime dans la photo, c'est cet "accident" qui fait qu'une photo est meilleure qu'une autre.

 

Parlez-nous du stylisme, de la façon dont on vous a habillée, coiffée et maquillée ?

J'ai adoré ! J'avais l'impression de voir d'anciens Polaroids d'Andy Warhol hyper glamour, hyper habillé, hyper féminin. Je me suis sentie beaucoup plus femme que d'habitude, beaucoup plus mûre et plus confiante.

 

Que représente Lancôme pour vous ?

Pour moi, Lancôme a toujours été une marque luxueuse et intemporelle. C'est vraiment l'excellence de la beauté classique à la française.

 

Utilisez-vous des produits Lancôme ?

Oui, j'utilise beaucoup de maquillage Lancôme, surtout les fards à paupières.


Monia Kashmire


 


À ne pas rater