Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Betty Boop, Wonder Woman... : tendance cartoon chez les égéries beauté

Mais qu'est-ce qui prend les marques beauté ? Après Wonder Woman, Peggy la Cochonne et Minnie Mouse, c'est au tour de Betty Boop de devenir égérie beauté, chez Lancôme s'il vous plaît. Comment expliquer cette tendance pour le moins régressive ? Zoom sur la mode cartoon chez les égéries beauté.

On croyait avoir remisé les personnages de notre enfance au placard, mais c'était sans compter sur le retour de Minnie & co dans notre vanity. Certes, ces drôles de partenariats un brin décalé ne datent pas d'hier, mais ils semblent se multiplier. Preuve en est, les icônes de la culture cartoon ou comics s'invitent chez Mac. La marque de cosmétiques est connue pour ses égéries anticonformistes, Beth Ditto et Iris Apfel en tête. Mais c'est désormais du côté de la fiction que Mac semble chercher l'inspiration. Après une collection aux couleurs de Wonder Woman, elle s'est choisie une star d'un autre genre, Miss Peggy, alias Peggy la Cochonne. Un choix culotté s'il en est, et un sacré grand écart entre la super-héroïne patriote et la marionnette qui ne manque pas de groin. Et Mac d'annoncer pour le printemps prochain une collection aux couleurs d'Archie Comics, BD et série bien connue des fans de comics.


Ce n'est pas la seule marque à suivre la tendance. O.P.I. a signé une collection rose bonbon en hommage à Minnie Mouse, égérie ô combien enfantine. Et tout dernièrement, Lancôme a lancé la campagne de son nouveau mascara Hypnose Star, avec pour égérie la mannequin Daria Werbowy et... Betty Boop. A croire que les tops et actrices seraient devenues trop chères... Alors, qu'est-ce qui se cache derrière cette tendance ?

Première hypothèse, les marques cherchent à mettre en avant une certaine image de la femme en jouant sur des personnages devenus des références fortes de notre culture. C'est le cas de Betty Boop, pin-up tout droit sortie des années 30 et des studios Fleischer. Jeu de jambes, porte-jarretelles et oeil de biche, elle est l'incarnation de la femme séductrice et libérée. Érotique aussi, sans être vulgaire puisque sortie tout droit d'un dessin-animé. Minnie Mouse incarne quant à elle la femme-enfant, égérie girly et asexuée qui parle à notre âme de petite fille. Et pour les autres ? On doute de l'aspect attirant de Peggy la Cochonne, qui envoie un message subliminal peu alléchant, mais qui a le mérite de prendre à revers les égéries rose bonbon. Enfin, le choix de Wonder Woman n'a rien d'étonnant, quand on voit combien les super-héros ont la cote au box-office.

Autre hypothèse pour expliquer l'arrivée de ces égéries de cartoon : les marques jouent à fond la carte régressive. Et la beauté n'est pas le seul marché concerné. Jean-Charles de Castelbajac est sans doute le meilleur exemple, après des collections mode consacrées tour à tour à Peter Pan, Blanche Neige ou Mickey. Toucher la corde sensible de nous souvenirs d'enfance, voilà la nouvelle mode pour nous faire craquer (et acheter).

Betty Boop, Minnie Mouse, Peggy la Cochone, découvrez les égéries décalées des marques beauté.

Catherine Brezeky

À ne pas rater