Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Le dossier du jour : le calendrier impossible de la Fashion Week Printemps-Été 2013

Les collections Printemps-Été 2012 viennent tout juste de s'achever que déjà une bataille fait rage entre les différents syndicats du prêt-à-porter américain, italien, anglais et français, pour l'organisation des défilés de la saison Printemps-Été 2013.

L'élément perturbateur : les dates annoncées de la Fashion Week milanaise, qui empiètent sur celles de New-York et de Londres. La Chambre Nationale Italienne de la Mode refuse en effet de bouger ses dates au profit de New York et de Londres.

Un conflit qui oppose New York et Londres à Milan et Paris, qui ne suivraient pas l'accord du calendrier signé il y a deux ans entre les quatre chambres syndicales de la mode. Selon les termes de cet accord, la semaine de la mode new-yorkaise commencerait toujours le deuxième mardi de septembre, suivie par Londres, Milan et Paris.

Seulement, Milan et Paris affirment que l'accord n'était valable que pour trois années, et qu'ils peuvent désormais changer leurs dates de Fashion Week comme ils le souhaitent. Un choix que n'entendent pas le CFDA américain et le British Fashion Council.

Car en l'état actuel des choses, la semaine de la mode new-yorkaise commencerait le 13 septembre 2012 comme le stipule l'accord, Milan le 19, Londres le 21 et Paris le 25 septembre. Des dates qui font se chevaucher beaucoup trop de défilés et qui obligeraient les rédactrices et acheteurs à choisir entre les villes et les présentations.

Impensable pour l'industrie.

La raison pour laquelle Milan a déplacé ses dates ? Le début trop tardif de la Fashion Week de New York en 2012, qui raccourcirait les délais de production pour Milan et Paris, obligés de présenter leurs collections début et mi-octobre. Trop tard donc.

Une solution envisagée serait de faire commencer la Fashion Week de New York plus tôt. Une proposition vite écartée puisqu'elle empiéterait sur le Labor Day, jour férié aux États-Unis (tous les premiers lundis de septembre) et weekend prolongé pour les Américains.

En attendant la résolution du problème, très certainement avec les décisions à venir des leaders français LVMH et PPR, CondéNast et le CFDA (soit Diane von Furstenberg) ont déjà menacé Milan d'un boycott de leurs défilés s'il ne changeait pas d'attitude.

Réponse de la Chambre Nationale italienne de la Mode : "Que le meilleur gagne". Méchante ambiance...

 

Caroline Lazard

 

À ne pas rater