Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

La saga Alien pour les nuls : on révise un peu avant Prometheus !

On avait laissé Alien entre les mains des Predators. Les garçons avaient aimé. Bastons de grosses bêtes obligent. Devenu une franchise bankable, le parasite extra-terrestre imaginé par Ridley Scott à l'aube des années 80 revient aujourd'hui sur ses origines (et aussi celles de l'humanité) avec le prequel de la saga de science-fiction, "Prometheus". Grosse promo et casting poids lourds au RDV avec Michael Fassbender, Charlize Theron et Noomi Rapace .

Mais prévenons tout de suite les fans de la série : Prometheus n'est pas un Alien. Ripley n'est pas encore née. Les humains creusent encore la Terre pour découvrir qui étaient leurs ancêtres, et pas seulement pour extraire du minerai à des fins commerciales.

Un prologue qui se déroule 30 ans avant "Alien" (soit en 2090), premier opus d'une saga que son créateur originel n'aura pas maitrisé. Logiquement très inégale.

Quatre films au total, avec aux manettes des réalisateurs aux styles très différents, plus ou moins bien inspirés. Récap' pour les nuls (on aime aider chez Puretrend) en méchantes bêtes pondeuses. (Ne le dites pas trop fort, la saga cache au moins deux films cultes A VOIR ABSOLULMENT).

James Cameron signera en 1986 l'épisode le plus hollywoodien et le plus mémorable, David Fincher réalise en 1992 le film le plus sombre de la saga avec "Alien 3" et le français Jean-Pierre Jeunet, qui filmait des extra-terrestres pas très friendly avant Montmartre en 1997 dans "Alien Résurection", a mal géré sa dernière place.

La force des "Alien" malgré ce jeu de chaises musicales ? Avoir su garder son actrice principale, Sigourney Weaver, qui reprendra le rôle d'Ellen Ripley pour les trois suites, sur une période de 18 ans, conservant une certaine cohérence scénaristique ainsi que les fans de la première heure.

Car si la créature est la "star" de tous les films, Ellen Ripley est indissociable de ce nuisible (référence de l'entité belliqueuse intersidérale), cauchemar devenu son fardeau par son obstination presque risible à rester en vie, qu'elle combattra, enfantera avant de ne faire plus qu'un avec lui. Jean-Pierre Jeunet a peut-être été le plus ambitieux essayant de traduire cette relation. L'échec n'en sera que plus amer.

"Prometheus" ne se veut donc pas un Alien 5 et garde clairement son indépendance, posant les jalons d'une possible autre saga, et dessinant logiquement mais de manière presque scolaire (dommage) les contours de son "Alien" réalisé 33 ans plus tôt.

Plutôt un pretexte tout trouvé pour Ridley Scott qui met un point final à la saga et s'en détache sans jamais la renier, pour mieux explorer d'autres horizons.

Caroline Lazard

À ne pas rater
À découvrir