Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Joel Meyerowitz à la MEP, de l'ombre à la lumière

De ses premiers travaux en noir et blanc datant de 1960, à son travail en couleur auquel il se dédie dès les années 1970 jusqu'aux années 2000, la Maison Européenne de la Photographie consacre une exposition rétrospective à l'oeuvre du grand photographe Joel Meyerowitz.

Dès ses débuts, Joel Meyerowitz utilise spontanément la couleur. Seulement, à cette époque, la couleur était jugée par les photographes du milieu comme trop commerciale. Il fait ses essais seul et compare par lui-même ses travaux en noir et blanc et ceux en couleur. "J'ai constaté que l'image en couleur était plus riche d'informations, qu'il y avait beaucoup plus à voir et à réfléchir, tandis que le noir et blanc réduisait le monde à des nuances de gris". Ses sujets ? Des scènes de la vie quotidienne. Des scènes qui n'auront jamais été aussi intéressantes et captivantes que celles capturées par son objectif et son oeil.

Pourtant, la photographie n'était à l'origine pas une évidence pour lui. Le déclic ? Joel Meyerowitz l'a eu à une vingtaine d'année, alors qu'il travaillait dans une agence de publicité. Son patron lui demande de suivre le photographe Robert Frank dans les rues de York pour observer le déroulement d'une séance photo. "Je ne savais absolument pas qui c'était (Robert Frank, ndrl) à cette époque-là mais, en quelques minutes, je me suis rendu compte que je n'avais jamais vu quelqu'un bouger ou utiliser un appareil photo de cette manière. Je l'observais pendant toute la scène, et chaque fois que j'entendais le déclic du Leica, je voyais ce moment s'illuminer, l'apogée absolue de cet instant ! J'étais ébahi !".

Joel Meyerowitz est à la photographie en couleur ce que Dali est au courant surréaliste, un pionnier du genre. Son premier livre "Cape Light" dans lequel il explore les variations chromatiques au contact de la lumière, est d'ailleurs considéré comme un ouvrage classique de la photographie.

Cette rétrospective expose également son travail sur Ground Zero. Après les attentats du 11 septembre 2001 et pendant neuf mois, le photographe a eu l'autorisation de prendre des clichés des ruines du World Trade Center à New York. Une sorte de témoignage, en couleur évidemment.

La rétrospective de Joel Meyerowitz est à découvrir à la MEP jusqu'au 7 avril 2013.
5/7 rue de Fourcy
75004 Paris.

Jennifer Delattre

À ne pas rater