Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Dr Culture : les rappeurs bling sont-ils finis ?

Où sont passés les rappeurs bling ? Les pseudos cailleras aux chaines en or qui brillent, que l'on aperçoit l'été sur des jet ski à Saint-Tropez et l'hiver sur leurs yacht à Miami, coupe de champagne à la main, cigare au coin de la bouche et pouf sur les genoux semblent se faire de plus en plus rares. Même en comptant sur le duo Jay-Z et Kanye West et le retour annoncé de 50 Cent cette année, rien n'est plus comme avant. Les rappeurs bling qui ont bercé notre adolescence sont-ils définitivement has-been ?

Vincent, La Baule.

Vincent,

Je me félicite une fois de plus d'avoir des lecteurs avec des questions tout à fait pertinentes. Merci à vous.

Le syndrome de "beaugossitude" inhérent au métier de rappeur/swagger/roi du monde avant l'invention même du terme, a fait, il est vrai les beaux jours de la fin des années 90 et début 2000. P. Diddy, 50 Cent, Snoop Dogg, Jay-Z, Kanye West, tous ont eu droit à leur spéciale Cribs sur MTV, où l'on découvrait avec émerveillement leurs 18 écrans plasma, leur combo piscine/jacuzzi toujours remplis de bonasses et leur déco de nouveaux riches à vomir.

La belle époque me direz-vous. Comme vous l'avez fort bien pressenti, la voilà bel et bien révolue. Fini l'étalage indécent de luxe cheap, nos rappeurs passés maîtres dans l'art du brassage du vide à 2 millions de dollars n'ont plus la tête à ça, mégalomanes déchus, à la recherche de leur swag disparu.

On pourrait penser que Kanye West sauverait sa tête de cette tendance à la dépression bling. Hélas, la fashionista qui se reconvertit dans le prêt-à-porter semble avoir adopté le low profile, attitude tout à fait inhabituelle pour cet être suprême, coolitude incarnée sur terre.

On a découvert cette année un Kanye tout ému et peu sûr de lui qui demande une seconde chance à l'issu de son premier défilé. Un Kanye qui décide de reprendre les cours et d'étudier docilement pour mieux faire. Un Kanye qui va même jusqu'à twitter l'impensable: "Je n'ai acheté aucun nouveau bijou ou aucune voiture depuis 2 ans".

Rien ne va plus.

Une confession choc qui nous ramène à la dernière en date, celle de Jay-Z, ramolli du cerveau depuis qu'il a enfanté. Dernière lubie du rapper acolyte de Kanye : ne plus utiliser le mot "bitch" dans ses morceaux. Une ineptie pour tous ses fans et une attitude de repenti en quête d'un nouveau sens spirituel à donner à sa vie devant l'enfant béni. Pour laquelle il a composé illico une ballade mièvre et molle.

Mais plus inquiétant, d'autres piliers du rap US sont déjà passés du côté obscur, troquant leur image de "daddy cool" à celle de personnage has-been qui amuse le public. Le meilleur exemple ? Snoop Dogg sur le plateau du "Juste Prix" américain. Qu'on découvre plutôt calé sur le prix de la vinaigrette allégée. L'image de trop.

La même pour R. Kelly qui, après plusieurs soucis judiciaires, sort en 2005 sur YouTube un morceau fleuve au goût douteux baptisé "Trapped in the Closet", vaudeville loufoque en six épisodes, dont nous cherchons encore le pourquoi du comment à l'heure actuelle.

Et que penser de P. Diddy, autrefois maître absolu de la décadence ordurière qui sort depuis peu avec une star hollywoodienne qui a viré mégère botoxée en plein trip Bree van de Kamp. Finis les poufs fun, les exhibos gratinées et les looks stars du X. Sean Combs se range et devient ennuyeux au possible.

Comment ne pas finir par 50 Cent, devenu geek et dépressif qui passe le plus clair de son temps sur Twitter à balancer des phrases mystères comme "je vais être honnête, je ne pense pas vivre encore longtemps". En cause, des retards et des mésententes avec sa maison de disque autour de son nouvel album Black Magic.

Quelques exemples qui viennent confirmer vos craintes Vincent, j'en ai peur.

Ne reste plus qu'à soutenir nos rappeurs dans leur crise de mégalomanie en leur envoyant nos messages d'amour et pourquoi pas découvrir la relève, (Tyler the Creator, Theophilus London, Asap Rocky ou Drake) qui ont retenu la leçon et misent sur d'autres provoc'. Moins bling mais toujours avec les dents qui rayent le parquet.

Tout n'est pas perdu Vincent. En espérant vous avoir aidé.

 

Des questions ou des doutes ? Dr Culture est là pour vous aider, sans jamais vous juger. Envoyer vos mails à redaction@puretrend.com.

 

Caroline Lazard

À ne pas rater