Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Azealia Banks, Rita Ora et la mode : Les nouvelles rappeuses sont-elles crédibles ?

What's up bitches ? Azealia Banks et les petites soeurs délurées du rap sont désormais légion et marchent sur les traces de leurs aînées. Relève musicale et artistique façon culture 2.0, les miss s'affranchissent des codes et piochent allègrement dans l'univers de la mode pour façonner leur personnage. Au revoir le style streetwear chéri des 90's, en 2012 les rappeuses tapent encore plus dans l'excentrique et le griffé. Question musique, on valide. Mais qu'en est-il de leur crédibilité mode ? Pour répondre, on a décidé de passer en revue quelques nouvelles venues...


Azealia Banks

Pas la peine de chercher bien loin, son CV parle pour elle : copine de Karl Lagerfeld qui lui propose de venir chanter dans son salon, invitée par Nicola Formichetti à créer la bande-son du défilé Mugler, des collaborations mode à la pelle, sa place aux front row pendant les fashion week... On peut difficilement faire mieux. Ah oui, c'est aussi la protégée de Kanye West. Enfin là, pour la crédibilité mode on repassera... Question : à trop en faire, ne serait-elle pas en train de privilégier la forme au détriment du fond ? A voir son dernier clip hyper marketé Liquorice, le doute est permis.

Crédibilité : 9/10. On attend de voir si elle ne se transforme pas en pub ambulante.

Kreyshawn

La jeune femme de 23 ans et ancienne dealeuse (et oui, on peut être une "ancienne" à 23 ans, tout arrive) a fait sensation il y a un an avec sa chanson sur la mode et les bimbos brandées, sobrement intitulé " Gucci Gucci ". Néanmoins, au lieu de se moquer, elle devrait peut-être se tourner vers les grands noms fashion. Parce qu'avec son gros trait d'eye liner, son look mélangeant fripes pas super, oreilles de Minnie et attirail west coast, Kreayshawn cherche encore son " fashion statement ". Et sa Street Credibility. Et oui, même couverte de tatoos et de piercings, il manque encore un Je-ne-sais-quoi. Le talent peut-être ?

Crédibilité : 5/10. Peut mieux faire.

Rye Rye

Comme ses copines, Rye Rye mise sur les couleurs, les perruques, les découpes, les motifs, imprimés, rayures, zébrures etc. Sauf qu'en général, c'est tout en même temps. Tout ce que vous ne feriez pas dans la vraie vie en fait. Mais rien de très étonnant venant de la protégée de M.I.A. Argument de poids : elle a réalisé un clip en collaboration avec Prabal Gurung pour présenter la collection Resort 2012 du créateur, et a été sollicitée par Alexander Wang pour mixer lors de son after party de fashion week. Le sang neuf de la mode, on aime ça.

Crédibilité : 9,5/10. Ouaiiiiiiiis !

Maxine Ashley

Nouvelle protégée d'un certain Pharrell Williams qui l'a découverte sur le web, Maxine attend sagement son heure pour foutre la honte de sa vie à Azealia Banks. Azealia est la BFF de Karl Lagerfeld ? Maxine peut compter sur le soutien d'Alber Elbaz chez Lanvin, plus chic, qui a repris son imparable et unique morceau "Cookieman" (uniquement dispo sur SoundCloud) pour son dernier film campagne. Si le tableau semble parfait pour dégommer la concurrence, Maxine a pourtant un point faible : une certaine tendance à l'auto-satisfaction, à savoir faire des covers de Rihanna et Jessie J devant sa webcam en jogging peau de pêche et balancer la vidéo sur YouTube. Moche.

Crédibilité : 7/10. Va falloir m'enlever vite fait bien fait ces vidéos Maxine pour se construire une légende digne de ce nom. Et arrêter de pomper les fautes de goût capillaires de Nickie Minaj. Rose fluo sur la moitié de la tête, c'est non.

Kitty Pride

Marquée comme toute adolescente "différente" par la Sainte Trinité The Virgin Suicides/Daria/ Ghost World, Kitty Pride joue pour le moment sur le registre Culture Pop de jeune. Vêtue en live en Princesse, arborant piercings, tatouages et noeudnoeud à paillettes dans les cheveux, elle incarne dans ses clips l'adolescente moyenne. Rien de plus normal venant d'une ancienne vendeuse de chez Claire's, mais est-ce que cela suffira pour faire partie de la grande famille du rap américain ? Courage poupette, ça va être difficile pour toi.

Crédibilité : 2/10. Non mais merci les minishorts et les t-shirts. On peut faire un effort quand on est une pseudo célébrité, MINCE !

Rita Ora

Une allure brit-girl par-ci, une coiffure platine et glamour par là, beaucoup de maquillage tout le temps et une provoc' facile piquée à Rihanna. Rita Ora aurait tendance à tout mélanger - difficile à cerner - mais le fait plutôt bien. Par contre, pour le chic on repassera. Protégée de Jay-Z, présente où il faut quand il faut (Cannes, fashion week etc), participation à une campagne CK One, des fringues de créateurs sur scène... Avec Rita Ora, c'est du 50/50 : sobre et pointue un jour, trash et vulgaire le lendemain. On soupçonne la bipolarité. Comme Rihanna quoi.

Crédibilité : 7/10. Parce que c'est pas beau de copier (et qu'en plus tu fais du R&B).

Njena Reddd Foxxx

Méga pote et acolyte musicale du rappeur Zebra Katz avec lequel elle a concocté le morceau hypnotique et incisif "Ima Read" (Mad Decent), bande sonore du défilé Automne-Hiver 2012/20213 de Rick Owens, Njena pourrait bien mettre à l'amende toute les meufs de ce classement. Tremblez. Avec seulement un morceau très distingué baptisé "Silly Bitch" (Soundcloud toujours) au compteur, Njena affole le web et se retrouve dans le dernier numéro du Dazed & Confused de cet été. Le début de la reconnaissance du milieu modeux/hype/select/branché/pointu t'as vu pour cette touche-à-tout américaine originaire de Washington qui a écumé tous les ateliers et les galeries de New York depuis 2000.

Crédibilité : 9/10. On en veut plus, tout de suite mais rien de concret pour le moment. Bien ouéj Njena.

Iggy Azalea

A ne pas confondre évidemment avec Azealia Banks. Les deux se détestent. Cette grande blonde incendiaire au look Madonna période Gaultier 90's (j'ai mal pour elle avec ses cheveux ultra tirés) se permet le lycra sans passer pour un petit boudin. Grande modeuse devant l'éternel, mais bien plus chic qu'une Lady Gaga, elle est aussi avec Diplo (qui se permet un featuring sur un morceau de la belle) dans le premier clip shopping imaginé par le magasin Canadien Ssense Si un des vêtements vous plait, il suffit de cliquer. La séparation entre mode et rap n'a jamais été aussi mince.

Crédibilité : 8/10. Pas encore adoubé par un grand créateur, ça ne saurait pourtant tarder, tant Iggy Azalea a tout de la créature. Michael Kors lui a déjà prêté des tenues... On prend les paris ?

Phoebe Jean

Avec un nom pareil et originaire d'un quartier craignos de Baltimore, Phoebe ne partait pas aidée. Pourtant l'américaine a réuni autour d'elle son crew, The Air Force et sorti un premier album "HeartBreakers" il y a quelques mois, entre électro-pop et sonorité rap de bonne facture qui a fait son petit effet sur la scène musicale indé qui crève de son jus. Avec son je-ne-sais-quoi à la Peaches dans le look, cette amatrice de chaines en or qui brillent et adepte de la mulette WTF entre in extremis dans notre classement (ok elle est pas vraiment rappeuse) mais mérite quand même sa place ans notre sélection, un point c'est tout. M.I.A peut se rhabiller niveau street crédibilité underground.

Crédibilité : 8/10. On aurait mis 7 sans le clip de "Day is Gone", version motocyclette cheap du "Bad Girls" de M.I.A. Trop fresh.

THEESatisfaction

Ce duo signé chez Sub Pop (le label de feu Nirvana) est peut-être l'une des plus belles surprises musicales de cette année (et nous ne sommes pas avares de superlatifs). Avec un rap nouveau mais référencé, les deux jeunes femmes queer friendly (elles sont ensemble), dégagent une atmosphère chaude et sirupeuse qui passe par leur langage mode unique. Des touches ethniques, du disco 70's, des couleurs, bref, un ensemble trop cool qui pourrait faire passer Erykah Badu pour la pire des ringardes. Allez voir leur clip "QueenS", une ode à la femme, au chic, et aux instruments dans la musique. Il était temps.

Crédibilité 10/10 : Non mais regardez le clip au lieu de bloquer sur la note. Il est MAGIQUE.

Bonus : DENA

Copie presque conforme de M.I.A arrivée directement des Balkans et installée à Berlin, Denitza Todorova vient de balancer son troisième morceau "Cash, Diamond Rings, Swimming Pools" sur YouTube. Tout pareil que son ainé, DENA aime les sweat fluo moches, les chouchous des années 90, l'attitude de bad girl à trois francs, le clubbing eighties et les clichés des rappeurs US. Peut mieux faire.

Crédibilité : 2/10. Avoir sa propre personnalité, c'est bien aussi.

Le cri du coeur : On profite du papier pour lancer un appel à la suédoise Mapei, débarquée timidement en 2008 avec "Video Vixens" et des featuring avec Major Lazer, Ghostface Killah et DJ Medhi, disparue trop tôt. Reviens Mapei !

Yann Guillou, Marine Normand, Caroline Lazard

À ne pas rater