Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

5 choses à savoir sur Lazaro Hernandez et Jack McCollough

Lazaro Hernandez et Jack McCollough viennent de décrocher leur deuxième CFDA Award dans la catégorie prêt-à-porter féminin, quatre ans après le premier. À la tête de Proenza Schouler depuis huit ans, le duo de créateur new-yorkais est désormais incontournable pour qui prétend être hype. Si Proenza est devenu le souffle nouveau de la mode made in US, c'est d'abord grâce au principe d'élégance destroy. Collection preppy dark, défilé de jeunes filles en fleur sous acide ou pièces d'ado punk-chic, Jack et Lazaro ont bousculé (et continuent) la trop guindée Fashion Week new-yorkaise. Voilà qui méritait amplement un récapitulatif, pour les nuls qui aurait loupé le docu de Loïc Prigent l'année dernière. Entre autres.

1- Des statuettes dans les toilettes

Une info à prendre avec des pincettes, nous ne sommes pas encore allés dans leurs toilettes vérifier. Mais c'est ce qu'on est en droit de se dire devant le nombre déjà impressionnant de récompenses et de prix qu'ont reçu Jack et Lazaro. Lauréats du prix "nouveaux talents" en 2003 au CFDA Award, ils reçoivent le titre de meilleurs créateurs pour la première fois en 2007, pour leur collection prêt-à-porter femme, déjà nominés en 2006 puis en 2008 dans la même catégorie. En 2009, ils sont récompensés d'un CFDA Award pour leur collection d'accessoires. Enfin, en 2004 et pour la première édition des CFDA/Vogue Fashion Fund Award, ils repartent avec la statuette du créateur de l'année. Ça sent le trophée comme porte-rouleau.

2- Actrices indé mon amour

Le duo le sait bien, si Proenza a gagné sa carte hype, c'est grâce à des actrices pointues qui ont tout de suite adopté les petites robes pas si sages et le vestiaire classique revisité à la sauce goth, punk ou fluo de Jack et Lazaro. De Chloë Sevigny, la muse et fan des premiers jours en passant par Kristen Stewart en icône sombre et rock, les soeurs Olsen ou Kirsten Dunst, les stylistes ont toujours pu compter sur les actrices indés et branchées new-yorkaises pour porter leurs créations et les élever au rang de "it-pièces trop cool pour toi, simple mortel". Le tout avec un simplicité déconcertante. Merci les copines.

3- Les meilleurs représentants de leur style preppy-pop

À voir les looks de leur début, on sent déjà les influences et les codes du duo. Petits polos comme il faut oui, mais fluo et pas bobo. Adeptes du preppy cool, Lazaro et Jack empruntent aux WASP de la côte est leur collection de petits pulls bon chic bon genre et de chinos proprets mais version pop et imprimés. En choisissant de débarrasser leurs Fred Perry et leurs gilets de bon garçon de leur étiquette jeunesse UMP, les créateurs mettent en pratique leur recherche de l'élégance moderne pas chiante. Soit le vestiaire de la new-yorkaise bourgeoise chic passé en mode street.

4- L'accessoire superstar

Si leur défilé affolent rédactrices et prétendantes au titre de "fille cool", ce n'est pas seulement pour leur garde-robe féminine mais pas fifille. En seulement quelques collections, Jack et Lazaro ont fait de leurs accessoires it-bag sur it-bag. Sacs et bijoux sont devenus, au même titre que les collections prêt-à-porter, la preuve que l'américaine des beaux quartiers ne s'emmerde plus avec son look. Une stratégie de l'accessoire superstar qui n'empêche pas Jack et Lazaro de développer toujours la marque et qui n'a jamais fait de l'ombre aux vêtements. Voilà donc que Proenza fait mieux que Mulberry qui, malgré tout son talent et sa bonne volonté, fait souvent oublier ses collections de prêt-à-porter.

4- Si Anna Wintour adore...

Rédactrice en chef du Vogue US, prêtresse par qui il faut passer et essayer de plaire pour espérer avoir un avenir dans le milieu, elle est la supportrice des premiers instants. On imagine que c'est elle, en 2002, qui souffle chez Barneys le vent de la nouveauté avec la bonne idée du rachat de la première collection du duo. Preuve ultime de la réussite des deux créateurs, Anna en Proenza le 1er avril dernier. Jack et Lazaro à côté de Chanel ou Narciso Rodriguez dans le panthéon mode d'Anna, ce n'est pas une blague.

 

Caroline Lazard

 

À ne pas rater
À découvrir