Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Work in progress : dans les ateliers thaïlandais de Pandora...

Si d'ici quelques jours on les retrouvera en nombre au pied de nos sapins, c'est en Thaïlande et plus précisément à Bangkok que tout commence pour les bijoux Pandora. Installés dans la capitale thaïlandaise, les ateliers de la marque danoise nous ont ouvert leurs portes...

Il y a des marques comme ça qui déchaînent les foules. C'est le cas de Pandora qui plus que de simples clientes peut se vanter de posséder de véritables fans. Il n'y a qu'à prononcer le nom autour de soi pour se rendre compte à quel point l'enseigne danoise fondée en 1982 par Per et Winnie Enevoldsen a su se rendre incontournable au cours de ces dernières années.

Un bijou Pandora vendu toutes les secondes dans le monde...

Pour ses charms signature évidemment (ils représentent, avec les bracelets, 80% du chiffre d'affaires de la marque) mais aussi pour ses collections toujours grandissantes de bagues, boucles d'oreilles et colliers. Une success story fulgurante qui a permis à Pandora de devenir le troisième bijoutier au monde après Tiffany & Co et Cartier. Un positionnement parmi les géants du bijou rendu possible notamment grâce à une force de production impressionnante. Pas si étonnant lorsque l'on sait qu'il se vend en moyenne un bijou Pandora toutes les secondes dans le monde.

Installés à Bangkok en Thaïlande, c'est à Gemopolis que les ateliers Pandora façonnent chaque jour des milliers de charms. Dans l'enceinte de cette cité du bijou, les jeunes salariés de la marque évoluent, bien reconnaissables avec leurs polos bordeaux estampillés de l'emblématique couronne de la marque. À la manière des Oompa Loompa de Roald Dahl, ils sont partout où notre regard se pose dans cette joyeuse fourmilière. Il faut dire qu'à Bangkok ils sont déjà 10 000 répartis dans les différentes unités de production (ils seront rejoints en 2016 par une seconde manufacture à Chiang Mai).

Un savoir-faire joaillier

Des milliers de mains expertes entre lesquelles passent jours et nuits un nombre toujours grandissant de charms d'abord imaginés par le studio créatif à Copenhague. Avec des collections renouvelées sept fois par an, la machine se doit d'être bien huilée. De la naissance des charms dans la cire à la réalisation des pièces en or et en argent, au sertissage des cristaux, des pierres précieuses et fines à l'émaillage, en passant par la réalisation des bijoux en verre de Murano (arrivé en baguettes colorées depuis l'Italie) chaque étape de confection des futurs charms de nos bracelets est réalisée dans la tradition d'un savoir-faire joaillier. Car si seule une petite partie des charms est sertie de diamants, c'est avec la même exigence que sont traités tous les bijoux Pandora. Une production exponentielle qui non seulement répond à des critères de qualité stricts mais également à des critères responsables.

Une enseigne responsable...

Une valeur chère à la marque qui se traduit notamment par une création éthique à partir de matériaux certifiés tous comme leurs fournisseurs. Les bijoux Pandora sont ainsi réalisés à partir d'or recyclé à 90% et d'argent recyclé à 99%. 80% des déchets de production sont également recyclés. Mais aussi par un traitement éthique de ses salariés. Chez Pandora, un peu comme pour un black friday new-yorkais, les potentiels futurs salariés campent littéralement devant les portes de Gemopolis lors des journées de recrutement pour espérer être les premiers embauchés...

Amélie Cosmao

À ne pas rater