Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Wes Anderson s'évade en Italie pour Prada

Avant d'ouvrir le 64e Festival du Film de Berlin avec son prochain film "The Grand Budapest Hotel", Wes Anderson fait un détour par le monde du luxe et collabore une nouvelle fois avec Prada pour "Castello Cavalcanti", un court-métrage rétro à l'humour burlesque avec Jason Schwartzman dans la peau d'un coureur automobile.

Anderson/Prada, acte 2. Après la trilogie de mini-films Candy l'eau, conçue et filmée avec Roman Coppola, qui nous présentait une Léa Seydoux plus mutine que jamais dans un Paris 60's idéalisé, le réalisateur américain s'essaie une nouvelle fois au film de marque pour le compte de la griffe italienne.

Pour ce court-métrage, Anderson met en scène son acteur fétiche Jason Schwartzman, grimé en pilote automobile un peu gauche qui crashe son bolide dans un petit village de l'Italie rurale des années 50 et qui retrouve par la même occasion un de ses ancêtres. Combinaison jaune poussin, gants en cuir noir et petite moustache, mouvements de caméra et attention portée aux détails, le réalisateur rend hommage au cinéma italien de cette époque avec la virtuosité qu'on lui connaît.

S'inscrivant dans la démarche artistique de la maison italienne, le court-métrage constitue une nouvelle déclinaison du projet "Prada Classics", censé ouvrir l'identité de la marque au delà des frontières de la mode pour s'aventurer dans les domaines plus larges de l'art, du cinéma et de l'architecture.

Après avoir sollicité Roman Polanski pour une psychanalyse sur canapé en 2012, avec le film A Therapy (avec Ben Kingsley et Helena Bonham Carter) présenté en grande pompe au Festival de Cannes de la même année, c'est donc Wes Anderson avec son style inimitable qui nous emmène cette fois dans un voyage en Italie. Et si le lien avec la griffe - excepté un logo sur la combinaison de pilote - est assez mince, la démarche a le mérite d'inscrire Prada dans un univers plus large que la couture, comme ce fut le cas très récemment avec son incursion dans la littérature grâce au projet Prada Journal.

À ne pas rater