Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Valérie Trierweiler en Inde : des mots amers pour sa 1ère déclaration officielle

Partie pour l'Inde le 26 janvier 2014 pour soutenir l'ONG "Action contre la Faim", Valérie Trierweiler s'exprime pour la première fois depuis l'annonce de sa séparation avec le Président François Hollande. Et cette prise de parole sonne un peu amère. 

Depuis sa sortie de l'hôpital où elle s'était dite "très touchée" des messages de soutien, Valérie Trierweiler ne s'était pas exprimée. Arrivée tard hier soir 26 janvier 2014 en Inde, l'ex Première Dame était en visite de l'hôpital de Bombay ce matin. C'est à cette occasion que l'ex-compagne de François Hollande a fait une déclaration bien sentie aux journalistes.

Les premiers mots de Valérie Trierweiler étaient très attendus, mais il ne s'agit pas vraiment de ce à quoi on pouvait s'attendre. Alors qu'elle devait faire ce voyage à l'étranger en tant que Première Dame, l'annonce ce week-end de la fin de son couple avec François Hollande n'aura pourtant pas empêcher la journaliste de tenir ses engagements. Décrite comme "une femme forte, une femme de coeur" par Charlotte Valandrey qui l'accompagne durant ce voyage humanitaire, Valérie Trierweiler a réussi à éviter les journalistes même si son arrivée à l'aéroport fut agitée. Le lieu était pourtant tenu secret jusqu'au dernier moment alors qu'elle se rendait à l'hôpital de Bombay ce matin, 27 janvier 2014. Pourtant elle fut accueilli par une nuée de journalistes auxquels elle a déclaré : "Vous voyez, on ne pourra pas dire que j'abuse de l'argent public, je n'ai qu'un garde du corps."

Un phrase que l'on sent un peu amère mais surtout qui sous-entend qu'elle n'a plus rien à voir avec l'Elysée. Le visage fatigué, mais tout de même souriante, Valérie Trierweiler a tenu à rencontrer le personnel de pédiatrie de l'hôpital de Sion qui prend en charge les soins des enfants prématurés. "C'est très impressionnant de voir ces bébés de moins d'1 kg avec des chances de vie très limitée. C'est une injustice car même si tout est fait pour le mieux, ils n'ont pas les mêmes moyens que dans nos hôpitaux", a-t-elle dit.

Comme l'affirmait encore Charlotte Valandrey ce week-end au micro de RTL, Valérie Trierweiler ne répondrait pas "aux questions auxquelles tout le monde veut qu'elle réponde". Si elle a dit qu'elle continuerait son combat même en ayant plus le statut de Première Dame, elle est cependant vite revenue au silence quand les journalistes se sont aventurés à la questionner sur la fin de son histoire avec François Hollande.

À ne pas rater