Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Une fitgirl refuse de poser en bikini et perd 70 000 abonnés sur Instagram

Sophie Gray, une fitgirl devenue "body positive" perd 70 000 abonnés en quelques jours sur Instagram.
2 photos
Lancer le diaporama

Le discours "body positive" se répend sur Instagram. Pourtant il n'est pas au goût de tout le monde à en croire l'histoire de cette fitgirl qui a annoncé ne plus vouloir prôner un corps parfait et a perdu 70 000 abonnés en peu de temps...

Pour le monde impitoyable d'Instagram, où l'apparence est reine, il n'est pas vraiment de bon ton de tenir un discours "body positive". C'est en tout cas ce que laisse à penser l'histoire de Sophie Gray, une fitgirl canadienne, qui a récemment décidé de laisser tomber les entraînements intensifs et les photos en bikini et a perdu des milliers d'abonnés. Un phénomène qui interpelle et qui révèle la part sombre du réseau social.

"Je suis fatiguée que l'on dise aux femmes qu'elles doivent être autre chose qu'elles-mêmes pour être heureuses"

Sophie Gray a longtemps fait partie de la communauté "fitspo" qui implique d'avoir une discipline de fer, qui prône de nombreuses heures de sport et une alimentation saine. Une manière plus ou moins détournée de glorifier le culte du corps parfait. Ainsi, les clichés en tenue de sport moulante et en bikini étaient le quotidien de la pétillante Canadienne.

Mais le 12 juillet 2017, la fitgirl a pris la décision d'en finir avec ce quotidien bien trop cadré, mais aussi avec l'angoisse de la cellulite. Sophie Gray a ainsi posté, sur son compte Instagram, une ancienne photo d'elle en tenue de sport qu'elle a gribouillé au crayon noir et exprimé son envie de changement en ces termes : "Vous ne verrez plus de photos de mon corps comme ça sur Instagram pour une simple et bonne raison : avoir des abdos et un thigh gap ne rend pas heureux. La pizza et les cookies sont putain de délicieux. Et je suis fatiguée que l'on dise aux femmes qu'elles doivent être autre chose qu'elles-mêmes pour être heureuses. Je sais que j'ai fait partie de l'industrie fitspo pendant très longtemps, et je souhaite toujours que vous preniez soin de votre corps. Mais tout ça c'est des conneries".

Une annonce qui l'a faite passer du côté des militantes "body positive" au même titre que Iskra Lawrence, mannequin "plus size" et véritable inspiration.

Un post qui semble avoir déçu une partie de sa communauté puisque Sophie Gray a perdu 70 000 abonnés en quelques jours, comme le rapporte The Independent. Depuis, la Canadienne prône l'amour de soi et ne relaie que des messages positifs auprès de sa communauté : s'accepter telle que l'on est et arrêter de se laisser écraser par les injonctions.

Si la fitgirl est passée de 430 000 à 367 000 abonnés, elle a depuis récupéré de nombreux followers sensibles à son discours "body positive" atteignant aujourd'hui les 410 000 abonnés.

Plus important, aujourd'hui Sophie Gray rayonne, se sent libérée d'un mode de vie qui la faisait souffrir et fait souffler un vent de positivité dans la vie de ceux qui la suivent. Dans l'un de ses derniers posts sur Instagram, on peut lire : "On dit que je suis courageuse pour être moi-même et exposer la réalité des réseaux sociaux. C'est quand même triste, non ? (...) Je comprends que mes anciennes photos aient pu vous inspirer. Et il existe bien d'autres comptes qui pourront en faire autant. Mais je sais aussi que ces photos faisaient du mal à beaucoup d'entre vous. Voilà pourquoi je veux que vous appreniez à vous aimer".

Un discours qui vaut bien plus qu'une photo en bikini.

À ne pas rater