Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Une écharpe vagin : on en rêvait, Fendi l'a fait ! (ou presque)

.

C'est la pièce mode qui est en train de faire le tour du Web : une écharpe Fendi qui ressemblerait à un vagin selon de nombreux internautes. Il n'en fallait pas plus pour déchaîner les passions sur les réseaux sociaux. Entre moqueries et enthousiasme, les réactions face à cet accessoire nous ont fait nous questionner sur la place et la représentation du sexe féminin dans la société.

Comme tous les buzz, il a fallu peu de temps pour que l'écharpe "vulve" signée Fendi envahisse littéralement toutes nos timelines, peu importe le réseau social où l'on se trouve. Il faut dire que la forme prise par cet accessoire de luxe est sans équivoque.

Des plis à la fourrure, difficile de ne pas lui trouver une certaine ressemblance avec le sexe féminin. Et si l'idée d'enfiler sa tête dedans prête à sourire, on ne peut s'empêcher de trouver certaines réactions quelque peu épidermiques.

Cachez ce vagin que je ne saurais voir

Une écharpe vagin, voilà qui est original. C'est bien ce qu'ont également pensé les internautes, puis les médias en général, et chacun.e y va de sa petite blague sur les réseaux sociaux. Ainsi, on a pu se régaler de voir la version rose de l'écharpe comparée à une vulve, tandis que sa version rouge était liée au sexe féminin durant les menstruations.

On aurait pu penser que cette publicité gratuite aurait pu plaire à Fendi, mais loin de là. La marque de luxe qui n'avait pas prévu du tout ce coup de com' s'est même empressé de supprimer la version rose de la fameuse écharpe de son e-shop.

D'ailleurs, tandis que son prix fait rire jaune (vendue pour la modique somme de 850 euros), le fait de supprimer carrément le produit fait carrément rire nerveusement et semble un peu excessif. Un peu comme si le vagin ne pouvait être qu'objet de dégoût voire de honte. Alors que cette écharpe pourrait être un accessoire tout à fait dans l'air du temps à l'heure où la nouvelle lutte féministe est de célébrer le sexe féminin et d'en faire une fierté.

C'est quoi le problème avec le sexe féminin ?

Nous, on a envie de dire "aucun". Mais il en va autrement du côté de la société. Pour rappel, le clitoris n'est apparu dans les manuels scolaires que très récemment. Ainsi l'appareil génital féminin n'a pas eu droit à une réelle représentation jusqu'en 2016. Une absence qui en dit long sur le tabou qui entoure le vagin.

D'ailleurs, tandis qu'on dessine sans mal et sans honte un pénis (même les enfants le font) - société phallocrate, vous dîtes ? - on ne voit en revanche que très rarement une vulve représentée, s'entourant encore plus de "mystère". Il n'y a qu'à voir combien le tableau du peintre Gustave Courbet, "L'Origine du Monde", est encore aujourd'hui considéré comme subversif pour savoir que le tabou du sexe féminin est farouchement entretenu.

Bien sûr, l'évolution est en marche et les féministes luttent pour une représentation plus juste du sexe féminin. Le site suisse d'information Le Temps rapportait ainsi les déclarations de Caroline Dayer, experte des questions de discrimination et de violence, de genre et d'égalité à l'Université de Genève :

"La sexualité féminine a longtemps été niée. On est passé d'une représentation honteuse, sale, immature, basée sur une méconnaissance totale, à une visibilisation positive. Dès les années 70, les féministes ont commencé à utiliser un triangle fait avec les mains comme sigle, et à lancer des ateliers pour découvrir son corps. Aujourd'hui, la nouveauté est que l'on montre le vagin et le clitoris dans toute leur diversité, sur une multitude de supports. Avec, souvent, une manière ludique et créative d'en parler".

On le comprend, il est plus que temps de célébrer le vagin (comme la chanteuse Janelle Monae dans sa chanson "Pynk" par exemple). Une révolution qui se fera peut-être sans les marques de luxe encore trop frileuses, mais le mouvement est lancé.

À ne pas rater