Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Une Balmain Army virtuelle pour Olivier Rousteing

.

Aucun doute, on peut compter sur Balmain et Olivier Rousteing pour toujours avoir une longueur d'avance. Continuant de créer le buzz, la maison parisienne a trouvé une façon bien particulière de mettre en avant son idée de la mode. Rejoignant la Balmain Army, Margot, Shudu et Zhi ne sont pas exactement des égéries comme les autres...

À l'heure où l'industrie fashion regarde toujours plus vers le futur et les nouvelles technologies, la maison parisienne voit grossir les rangs de sa Balmain Army de trois nouvelles recrues un peu particulières. Marchant dans les pas de Louis Vuitton, Fenty Beauty (avec Shudu en égérie des lipsticks de la marque) ou encore Prada avec Lil Miquela, Olivier Rousteing fait appel cette saison à trois égéries virtuelles créées par Cameron-James Wilson : Margot, Shudu et Zhi.

.

Surfant sur la nouvelle vague des mannequins et influenceurs 100% virtuels, la maison livre à sa façon un nouvel hommage à la diversité féminine. Olivier Rousteing s'explique d'ailleurs sur sa démarche "Nous nous sommes adressés à Cameron-James Wilson en lui proposant de nous aider à lever une nouvelle, alternative et virtuelle Balmain Army. Qui compléterait et refléterait le sublime mélange, l'assurance et cette soif inspirante d'explorer et de s'envoler pour de nouveaux mondes que l'on trouve déjà dans notre armée actuelle".

.
.

Une nouvelle façon d'envisager la mode qui soulève cependant deux interrogations sur les réseaux. D'une, les mannequins "classiques" vont-elles rester d'actualité ? Et de deux, alors que l'on tend vers un usage moins systématique et plus réglementé de Photoshop dans les clichés fashion, ces mannequins virtuels ne représentent-ils pas un nouvel idéal encore plus inatteignable pour les femmes ? Le débat est une fois de plus lancé.

À ne pas rater