Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Un ex-mannequin Victoria's Secret dénonce des années de critiques sur son corps

.

Durant des années, Bridget Malcolm, ex-mannequin Victoria's Secret de 25 ans, a entendu qu'elle était "trop grosse". Des mots qui ont eu un lourd impact sur la perception qu'elle a eu d'elle-même et de son corps. Elle raconte aujourd'hui le chemin vers l'acceptation de soi. 

La parole des femmes se libère et cela à différents niveaux. L'affaire Weinstein a libéré la parole de celles qui ont été harcelé sexuellement, mais plus largement celle de toutes les femmes qui n'ont plus envie aujourd'hui de voir le corps féminin malmené à bien des égards.

C'est le cas de Bridget Malcolm, mannequin connue pour avoir défilé sur le podium de Victoria's Secret. La jeune femme de 26 ans a aujourd'hui décidé de dénoncer les pressions qu'elle a subi dans le milieu du mannequinat et les remarques sur son physique.

"Je voulais juste pouvoir ne plus me regarder dans un miroir en pensant que j'étais trop grosse"

C'est sur son compte Instagram que Bridget Malcolm a pris la parole. La mannequin a ainsi partagé une photo d'elle issue d'un shooting la montrant en bikini assise sur la plage. "Cette fille n'est pas grosse", écrit-elle. "Je me souviens qu'à l'époque où cette photo a été prise, on m'avait dit que j'avais besoin de perdre du poids. Ce n'était pas la première fois ni la dernière. C'est toujours drôle d'avoir à poser comme si tu es sûre de toi et heureuse d'être en maillot de bain alors que tu es en guerre contre ton propre corps".

Une révélation totalement aberrante quand on voit que la jeune femme affiche une fine silhouette. Tonique même, à voir ses abdos.

Sur son blog, Bridget Malcolm s'est confiée plus longuement encore dans un article intitulé "Mon voyage vers l'acceptation de mon corps". Elle écrit : "En août 2017, je me suis fait une promesse : faire la paix avec mon corps. En fait, je ne voulais plus aucun point de comparaison. Je voulais juste pouvoir ne plus me regarder dans un miroir en pensant que j'étais trop grosse".

Après des années à recevoir des remarques sur son apparence et son poids, la mannequin prend avec sérénité le fait d'avoir pris des kilos en plus aujourd'hui, écrivant à ce propos : "Mais j'en ai rien à faire. Je retrouve ma liberté peu à peu".

Un culte de la minceur tenace

A l'heure où le terme de "body positive" est plus que jamais d'actualité et encourage les marques à montrer de plus en plus la diversité des corps, ce témoignage renforce l'idée que ce mouvement est plus qu'indispensable.

Pour combattre les derniers réticents à voir tous les corps de femmes représentés et afin de dire "stop" au culte de la minceur, quelques mesures ont été mises en place. Les mastodontes LVMH et Kering ont, il y a peu, co-signé une charte engageant les marques à ne plus montrer de mannequins d'une maigreur extrême, comme ce fut le cas pendant longtemps. Preuve que la révolution est en marche, malgré le fait que certains idéaux de beauté stéréotypés restent tenaces.

Un chemin vers plus de diversité qui passe aussi par une prise de parole grandissante des premières intéressées : les mannequins. Et Bridget Malcolm n'est pas la première à dénoncer ce genre d'agissements au sein du monde de la mode.

À ne pas rater