Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Two Faces of January : 5 bonnes raisons de voir le film

"Two Faces of January" de Hossein Amini sort en salle le 18 juin prochain. Trio d'acteurs à couper le souffle(dont le parfait Viggo Mortensen), intrigue parfaitement ficelée... Voici 5 bonnes raisons d'aller le voir en salle.

Première réalisation d'une scénariste incontournable à Hollywood, Hossein Amini, "Two Faces of January" a tous les ingrédients d'un bon thriller. La preuve.

1 - Pour le trio d'acteurs, bluffant.

Prenez l'un des meilleurs acteurs à Hollywood, Viggo Mortensen dont on ne compte plus les rôles cultes. Ajoutez à cela une beauté blonde hitchcockienne, Kirsten Dunst, toujours plus hypnotique. Enfin, choisissez l'un des acteurs les plus en vue du moment, Oscar Isaac (qui sera bientôt dans "Star Wars VII" de J.J Abrams). Voici la recette d'un trio parfait, qui porte magnifiquement le film, entre amour, haine et dualité. En plus d'avoir une intrigue saisissante, "Two Faces of January" doit sa réussite à trois excellents acteurs... qui valent le détour.

2 - Parce que c'est un thriller bien ficelé.

L'auteure du livre "Two Faces of January", Patricia Highsmith, a également écrit "Le talentueux Mr. Ripley"... et ça se sent ! Friande d'histoires noires, l'écrivain parvient à jouer avec nos nerfs et dévoile les facettes les plus sombres de ses protagonistes... Jouissif. Sachez pour anecdote que Patricia Highsmith a beaucoup donné au cinéma puisqu'elle a écrit de nombreux livres sujets à des adaptions : "L'Inconnu du Nord-Express", "Plein Soleil", "L'Ami américain", "Le Cri de la chouette". Mieux, ce film est réalisé par Hossein Amini, à qui l'on doit des scénarios cultes : "Drive", "Shangai", "Jude" etc.

3 - Une dualité au centre de l'histoire.

Combat de coqs au sommet dans "Two Faces of January". Deux hommes pour une femme qui ne s'épargneront pas les coups les plus bas. D'un côté nous avons le mari qui délaisse un peu sa jeune épouse, Viggo Mortensen. Un homme élégant à première vue, qui cache une face noire et sans pitié. De l'autre, le jeune et frais Oscar Isaac qui gagne sa vie en tant que guide... avec ses petites escroqueries. En cherche perpétuelle d'une figure paternelle, il semble à la fois fasciné et éreinté par le personnage de Mortensen.

4 - Pour ses références cinématographiques.

Les affectionados d'Alfred Hitchcock auront vite noté les références au maître de l'angoisse. Mieux, lors d'une interview Hossein Amini a avoué s'être inspiré de films français et italiens pour ce film, dont "Le Mépris", "L'Avventura" ou évidemment "Plein Soleil", toute première adaptation de "Mr. Ripley" au cinéma.

5 - Pour plonger dans les années 60.

Ambiance sixties dans ce long-métrage qui nous invite dans les plus prestigieux hôtel de luxe au début du film. Au fil de l'intrigue (et des problèmes qui vont avec), c'est la ruralité grecque qui s'offre à nous, le tout tourné en CinemaScope, pour une ambiance plus retro. Du pur plaisir.

Rappel du synopsis de "Two Faces of January" : 1962. Un couple de touristes américains très élégants, le charismatique Chester MacFarland et sa jeune épouse Colette, arrivent à Athènes. À l'Acropole, ils rencontrent Rydal, jeune guide américain parlant grec, arnaqueur de touristes à l'occasion. Séduit par la beauté de Colette et impressionné par la fortune de Chester, Rydal accepte sans hésiter leur invitation à dîner. Les McFarland se révèlent moins lisses qu'il n'y paraît : le luxe et leur raffinement cachent bien mal leur part d'ombre.


A.B

À ne pas rater