Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Tonya Kinzinger : "toutes les horreurs imaginables" du mannequinat

Dans une récente interview accordée au site Fémina.ch, Tonya Kinzinger revient sur ses années de mannequinat. Une période visiblement pas rose pour la jeune femme qu'elle était.

Si Tonya Kinzinger est connue en France pour son personnage de Jessica dans la série "Sous le soleil", elle a également été danseuse et mannequin. Actuellement sur les routes pour la tournée de "Danse avec les Stars 5", elle est revenue sur ses années de mannequinat lors d'une interview accordée au site Fémina.ch.

"Je n'avais jamais songé à la mode. C'est l'argent qui m'a attirée"

Si le métier de mannequin fait fantasmer plus d'une jeune fille, Tonya Kinzinger n'a jamais vraiment rêvé de le devenir. Ce qu'elle désirait, c'était faire carrière dans la danse. Elle explique qu'après avoir vu le film "Fame", elle "[était] obsédée par ce lycée (l'école de spectacle new-yorkaise dont il est question dans "Fame")" et qu'elle était "prête à tout pour y être acceptée." Mais elle ajoute qu'elle s'y est malheureusement "présentée trop tard. A 16 ans. J'avais passé l'âge maximum d'entrée." C'est alors qu'elle se fait repérer par un agent d'Eileen Ford, la fondatrice de célèbre agence de mannequins. "Je n'avais jamais songé à la mode. Je suis tombée dedans vraiment par hasard. Au début, c'est l'argent qui m'a attirée. Je gagnais en quelques heures ce que maman ne gagnait pas en une semaine à l'usine ! Autant dire que je me suis sentie coupable d'avoir ce métier futile où l'on me payait pour sourire", explique Tonya Kinzinger.

"J'ai vu toutes les horreurs imaginables"

Mais la dure réalité de ce métier n'a pas tardé à la rattraper et elle confie avoir "vu toutes les horreurs imaginables en débarquant à Paris. A 17 ans, je partageais un petit appartement avec trois filles de mon âge et l'on courait les castings. Heureusement que j'avais la tête sur les épaules. Ça m'a évité de sombrer dans les drogues. Je n'ai aucun regret, cela dit, mais je ne voudrais pas revivre ces années. Je me sens bien plus en accord avec ma tête et mon corps aujourd'hui."

À ne pas rater